Les autorités ougandaises devraient enquêter de manière approfondie sur l’agression meurtrière du 4 octobre 2019 contre un activiste des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT), a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch. La mort de l’activiste Brian Wasswa survient alors que le gouvernement ougandais appelle à la présentation d’un projet de loi contre l’homosexualité prévoyant la peine de mort pour les actes consentis entre personnes du même sexe.

Wasswa, 28 ans, a été agressé chez lui à Jinja, une ville de l’est de l’Ouganda. Wasswa travaillait depuis 2017 en tant que parajuriste formée par le Forum de sensibilisation et de promotion des droits de l’homme (HRAPF), une organisation d’aide juridique qui soutient les communautés vulnérables, y compris les personnes LGBT. Wasswa a également travaillé en tant qu’éducateur auprès de l’organisation de soutien au sida (TASO), une organisation non gouvernementale ougandaise dédiée à la prévention, au traitement et aux soins du VIH / sida, où il a mené une campagne de sensibilisation sur le VIH aux personnes LGBT. Justine Balya, juriste auprès de HRAPF, a déclaré que Wasswa était sociale, aimée et qu’elle était déterminée à conseiller les jeunes vivant avec le VIH sur l’importance de suivre un traitement.

Quelques jours après l’assassinat de Wasswa, le ministre de l’éthique et de l’intégrité, Simon Lokodo, a déclaré à la presse que le Parlement envisageait de présenter un projet de loi qui criminaliserait la “promotion et le recrutement” des homosexuels et comprendrait la peine de mort pour les “graves” actes homosexuels consensuels. . La mesure proposée fait écho à la loi anti-homosexualité de 2014 en Ouganda, qui criminalisait la «promotion» indéfinie de l’homosexualité. Les premiers projets incluaient la peine de mort pour «homosexualité aggravée». La Cour constitutionnelle a annulé la loi de 2014 pour des raisons de procédure. Néanmoins, son passage a contribué à la violence, à la discrimination, aux expulsions et aux arrestations arbitraires de personnes LGBT, comme l’ont documenté Human Rights Watch et Amnesty International.

«Après le meurtre horrible de Brian Wasswa, le gouvernement ougandais devrait clairement affirmer que la violence n’est jamais acceptable, quelles que soient l’orientation sexuelle ou l’identité de genre», a déclaré Oryem Nyeko, chercheur à Human Rights Watch pour l’Afrique. “Au lieu de cela, un ministre gouvernemental chargé d’éthique et d’intégrité menace de tuer des homosexuels aux mains de l’État.”

L’Ouganda a connu une montée en puissance de la rhétorique homophobe du gouvernement ces dernières semaines. Outre la menace de la ministre Lokodo de redonner vie au projet de loi anti-homosexualité, la ministre de la Sécurité, Elly Tumwine, a affirmé dans une interview accordée à la télévision le 3 octobre que des personnes LGBT étaient liées à un groupe terroriste présumé.

Wasswa, qui vivait seul dans une maison située dans un enclos clôturé abritant d’autres maisons, a été agressé à son domicile le 4 octobre. Edward Mwebaza, directeur exécutif adjoint de HRAPF, a déclaré que les enfants du quartier avaient trouvé la porte ouverte vers 17 heures. maison et a trouvé Wasswa inconscient, allongé dans une mare de sang. Les voisins ont transporté Wasswa à l’hôpital Jinja, où les médecins ont découvert qu’il était toujours en vie, mais qu’il avait été frappé à la tête à plusieurs reprises par un objet tranchant. Le 5 octobre, lorsque Wasswa n’a pas répondu au traitement, ses collègues de HRAPF ont demandé à une ambulance de le transférer à l’hôpital Mulago de Kampala, la capitale de l’Ouganda, à une heure de route. Wasswa est décédé dans l’ambulance en route pour Kampala.

La police du commissariat central de Jinja a ouvert des enquêtes. Ils ont identifié l’instrument du meurtre, une houe à manche courte trouvée au domicile de Wasswa, et ont interrogé un témoin qui a vu un autre homme dans le domicile de Wasswa plusieurs heures avant que celui-ci ne soit retrouvé inconscient, a rapporté HRAPF.

Mwebaza a déclaré à Human Rights Watch que Wasswa était ouvertement gay et non conforme au genre, se décrivant parfois comme transgenre. HRAPF a exhorté la police à enquêter sur la possibilité que le meurtre ait été un crime motivé par la haine.

Mwebaza a déclaré que trois autres personnes homosexuelles et transgenres avaient été tuées en Ouganda ces derniers mois, dans un climat de déclarations de plus en plus hostiles de la part de responsables politiques au sujet des droits des LGBT. Le 1er août, un groupe de chauffeurs de taxi et de motocyclistes ont battu à mort une jeune femme transgenre, Fahad Ssemugooma Kawere, dans le district de Wakiso, près de Kampala, ont rapporté des militants ougandais.

Le HRAPF a également connu des attaques violentes antérieures. En février 2018, deux agents de sécurité ont été grièvement blessés lors d’une effraction violente dans les bureaux de l’organisation à Kampala. En 2016, un agent de sécurité du HRAPF a été battu à mort. Personne n’a été traduit en justice pour ces attaques. D’autres organisations travaillant sur des questions sensibles, telles que les droits fonciers et les droits des journalistes et des femmes, ont également été victimes d’introductions par effraction et, dans certains cas, d’agressions contre des agents de sécurité.

«Il incombe aux autorités ougandaises de rendre justice au meurtre de Brian Wasswa», a déclaré Nyeko. “La police devrait mener des enquêtes approfondies et les dirigeants politiques devraient s’abstenir de tout discours qui pourrait encourager la violence à l’encontre des personnes LGBT.”

Votre don déductible d’impôt peut aider à mettre un terme aux violations des droits de l’homme et à sauver des vies dans le monde entier.


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

RÉAGIR

Saisi votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.