Les militants ont été interpellés vers une heure 50 de la nuit dernière par la police et FARDC en patrouille.Ces 45 jeunes dont 5 filles sont accusés d’avoir violé le couvre feu instauré par le chef de l’Etat. Jean pierre KASMA, un des membres de la LUCHA déplore la manière par laquelle ils ont été brutalisés. Il parle d’extorsion des biens et molesté certains militants.Ils ont été amenés au cachot de la commune Kimemi et celui de C.M.I.

Toute fois, ils disent continuer avec la lutte jusqu’à finir les dix jours des manifestations anti MONUSCO.<>indique Monsieur KASMA.

Signalons qu’ils ont repris leur sit in juste après leurs libération.

Mastaki Safari


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

Réagir sur cet article