Quelques mines du diamant de la province du Kasaï oriental font l’objet d’une insécurité sans pareille créée par les
éléments des forces armées de la république démocratique du Congo (FARDC) et la police nationale congolaise (PNC) irrégulièrement réquisitionnés. C’est ce que rapporte le compte rendu du conseil du conseil des ministres provinciaux du 28 mai lu sur les antennes de la RTNC le weekend dernier.

Ce compte renseigne que, le premier cas documenté est celui d’une mine de diamant située à Bakwa Nkota, dans le groupement de Bashingala, en territoire de Miabi, où des éléments de l’auditorat militaire irrégulièrement réquisitionnés par un certain Mukendi Mulonza et le chef du village de Bena Mpoyi, sèment terreur et désolation. Ils violentent et déstabilisent la population de ce coin. Ils sont également utilisés par leurs maîtres pour arrêter, et enlever comme c’est le cas de Bamuanya Nkunda qui a été arrêté sous la dictée de Mukendi Mulonza et emmené à sa résidence située en ville MIBA.

Et de marteler que le deuxième cas et non le moindre est celui de la minevdénommée « dix Zaïres » située dans le secteur de Nsangu en territoire de Katanda. Des éléments de la PNC requis pour sécuriser le chantiers miniers de monsieur Nicolas Kazumba, terrorisent la population. Pour preuve, ils ont entonné un concert de coups de feu la nuit du 28 au 29 mai, de 21 heures à 2 heures, Cette situation qui a créée la panique totale.

Par ailleurs le conseil déplore de ces éléments, la dissipation des munitions et violation des consignes.

Mark Munganga


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici