En date du 21 juillet de l’année en cours aux environs de 17H00, deux prisonnières ont reçu à s’évadée de la prison centrale de Lisala d’où elles étaient internée afin de purger leur peine de 24 mois de servitude pénale tel que prononcée en date du 19 juillet 2021par le tribunal militaire de Garnison de la Mongala.

Pour votre information, TEBAGWE EMONO Nathalie et MATWANDAYI TEBATEYOGO Marie-Josée faisaient partie de sept prévenus présentés par l’Auditeur devant le tribunal militaire de Garnison de la Mongala sur trois préventions à savoir : Détention illégale de l’arme de guerre, vol d’effets militaires et assassinat sur lesquels le tribunal avait procédé à la condamnation par défaut à la peine capitale cinq d’entre les sept et deux femmes qui étaient présentes devant la bar au jour du prononcé avaient écopées deux ans de servitude pénale et étaient directement renvoyer dans la prison en vue de purger leur peine.

Malheureusement selon nos enquêtes et les informations à notre possessions, ces informations nous renseignement que, ces deux prisonnières viennent de s’évader de la prison centrale de Lisala ; cela en complicité des éléments de la police ainsi que les agents et personnels pénitentiaires commis pour la garde au jour et date du lundi 21 juillet 2021.

Cette situation d’évasion étant répétitive et devient monnaie courante dans la prison centrale de Lisala ; a atteint sa sommité et nécessite des sanctions sévères contre les auteurs et complices de cette pratique érigée en coutume se fondant sur le délabrement très avancé de cette maison carcérale.

C’est pourquoi, Action des Jeunes pour le Bien-être Social condamne et dénonce à la dernière énergie cette pratique érigée en coutume par les policiers commis à la garde mais aussi les agents du service pénitentiaires qui favorisent l’évasion des prisonniers.

Action des Jeunes pour le Bien-être Social demande au Procureur Général d’instruire au Procureur de la République de mettre la main et ouvrir une information judiciaire contre les personnes pénitentiaires commis à la garde au jour et date de ladite évasion et les punir sévèrement conformément à la loi congolaise afin de servir de leçon et d’éviter les telles pratiques à l’avenir.

Action des Jeunes pour le Bien-être Social demande à l’Auditeur Militaire de s’apprendre aux éléments de la police commis au jour et date de l’évasion spectaculaire qui laisse en émoi toute la population mongalaise et plus particulièrement celle de Lisala car il est vrai qu’il s’installe sans doute, le doute à la tête de tous sur la présence réelle d’une juste et vraie justice distributive à la province de la Mongala à déclarer Roger NZUMBU MOSENGE, Président National.


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici