La route Kinshasa – Matadi est menacée d’être coupée en deux au niveau de Mitendi, devant le déport de la Bralima. Malgré les efforts d’une entreprise chinoise pour arrêter la progression de l’érosion, une partie de la chausse a même déjà été emportée lors des dernières pluies.
Cette situation entraine le blocage d’une centaine des camions poids lourds de part et d’autre de la route paralysant ainsi le trafic routier entre Kinshasa et Matadi.

On a constaté le mardi 23 mars autour de 10h00 du matin une longue file d’une centaine des camions poids à destination du Kongo-Central stationnés.
Une entreprise chinoise essaie de remblayer avec des moellons, au niveau du dépôt de la Bralima une érosion de plus de 50 mètres de profondeur, 1000 mètres de longueur et 10 mètres de largeur.
Selon les paysans, ce cratère a déjà emporté une partie de la route lors des dernières pluies.

 « Ce ravin a progressé sous le regard indifférent de la population et du gouvernement. La pluie de mardi a coupé la route nationale numéro en deux en emportant des maisons. Nous attendons qu’il y ait mort d’homme pour trouver la solution », témoigne ce paysan.
Les habitants du quartier Mitendi estiment que l’entreprise chinoise n’arrive pas, depuis des mois, à maitriser cette érosion et plaident pour l’implication du génie militaire.
 « Les chinois n’arrivent pas à maitriser cette érosion et ne sont des bons techniciens. Le gouvernement doit confier ces travaux au génie militaire, faute de quoi tout sera coupe jusqu’à Bralima, avec les pluies d’avril. »

D’après un ingénieur en travaux public trouvé sur place, si les eaux pluie ne sont pas bien canalisées à cet endroit, la route nationale numéro 1, sera coupée en deux, ce qui bloquera le trafic entre Kinshasa et Matadi.




Par Gédéon Ngango


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

Réagir sur cet article