L’Observatoire de la dépense publique (Odep), une ONG congolaise, s’inquiète du manque d’amélioration dans la gouvernance depuis l’alternance à la tête de l’Etat. Félix Antoine Tshisekedi, a succédé à Joseph Kabila Kabange, mais la mauvaise gouvernance des finances publiques « demeure et empire » au mépris de l’éradication de la pauvreté et du développement social, affirme l’ODEP . Elle a publié hier, vendredi, à Kinshasa son rapport sur l’exécution des lois de finances entre 2017 et 2019.  

Félix Tshisekedi

Le niveau des dépenses des secteurs sociaux est resté très faible, pointe l’Odep. C’est le cas de la santé avec à peine 1,1 milliard $, soit 6,7% du budget général de ces trois années.

Dans la même période, le rapport de l’ONG relève le non respect des textes ou la passation chaotique des marchés publics car 124 demandes d’autorisations spéciales de passation des marchés de « gré à gré » pour une valeur de 1 294 731 823 USD ont été accordées en 2019 sur quelque 215 sollicitées. Entre 2017 et 2019, l’Odep dit avoir tracé 19 cas de « grande corruption non contrôlés par les organes de contrôle de l’Etat et voir même par la Justice ». Ce qui représente, selon cette ONG, un manque à gagner d’environ 12,1 milliards USD.

Les travers des années Kabila n’ont pas été rectifiés sous la présidence de Félix Tshisekedi, selon le rapport de l’ONG dont Florimond Muteba est le président du conseil d’administration. « La même négligence a accompagné tous les deux régimes : plus de moyens pour les institutions et moins de moyens pour les secteurs pauvres et une exécution minable, parce que quand on donne 3 % à l’agriculture, c’est à peine 0,8 % d’exécution », relève Florimond Muteba.

Pour l’ODEP, la présidence de la République et la primature sont restées « en tête des institutions budgétivores ». Florimond Muteba insiste : « Il faut changer de cap, mais il n’y a aucun signe qui nous montre qu’il peut y avoir une volonté politique pour changer de cap, le problème c’est que le mauvais exemple vient d’en haut ».

En réaction, un proche conseiller du président relève par que depuis la fin de la coalition entre Kabila et Tshisekedi, la situation s’est nettement améliorée. Et qu’il serait juste de juger le président à partir de l’an 2021, le troisième de son quinquennat.

Par Gédéon Ngango


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici