Le cercle international pour la défense des droits de l’homme, la paix et l’environnement (CIDDHOPE), une organisation non gouvernementale de défense des droits de l’homme (ONG-DH) œuvrant au Nord-Kivu estime que l’armée a reconnu que certains de ses éléments ont été cités parmi les présumés trafiquants d’armes qui sont déjà transférés à la prison de Ndolo à Kinshasa après avoir été arrêtés en ville de Beni le lundi 15 mars dernier.

Cette organisation non gouvernementale demande au Président Félix Tshisekedi de retirer de la région toutes les troupes de la 32è brigade et leurs commandants.

L’armée avait fait un mis au point sur cette question en indiquant que l’infraction reste jusqu’à preuve du contraire individuelle et que ce dossier ne pourrait impacter négativement la collaboration civilo-militaire.

Le secrétaire exécutif du CIDDHOPE Me Dellyco Mbambu lui, suggère que d’autres groupes soient affectés dans la ville et dans le territoire de Beni car, selon le communiqué de cette organisation publié ce jeudi 25 mars, “la confiance entre protecteur et bénéficiaires des services est déjà rompue”.




Par Gédéon Ngango


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici