La Fédération des entreprises du Congo (FEC) a dénoncé mardi 20 septembre devant le Premier ministre Jean Michel Sama Lukonde la spoliation d’une partie de la concession de Texaf-Utex Africa par un groupe d’individus sous couvert d’un arrêté du ministère de l’Urbanisme et habitat.

D’après Albert Yuma, président de la FEC, il s’agit là d’un fait grave qui enfreint les droits et décourage les investisseurs étrangers opérant en RDC.

Il l’a déclaré mardi à l’issue d’un entretien avec le chef du gouvernement en présence du comité exécutif de gestion du groupe Texaf-Utex Africa. 

 » Entre l’avenue colonel Mondjiba et le fleuve, Il n’y a que Utex Africa depuis 1926.  Mais il y a des personnes privées sous couvert d’un arrêté que nous estimons illégal du ministère de l’Urbanisme qui sont venues casser le mur de clôture d’Utex Africa avec un engin lourd le long de la rivière Makelele pour de force commencer un lotissement après plusieurs tentatives infructueuses auprès de services compétents qu’on pensait être en charge. Nous avons obtenu une audience avec le Premier ministre pour lui expliquer ce sujet, qui est du moins grave pour le climat des affaires en RDC  », a-t-il indique.

Pour lui,  » c’est un des combats de la FEC pour attirer les investisseurs locaux et étrangers. Mais avec des telles situations, ça complique les choses  » :

 » Des lotissements illégaux qui se font de jour et de nuit et surtout de nuit que ceux-ci soient arrêtés dans une zone qui, en plus est inondable 7 mois sur 12. Il nous a promis une réponse très rapide sur un sujet qui le préoccupe qui est une des priorités du plan d’action du  gouvernement du secteur immobilier et foncier  ».

Par Gédéon Ngango



Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas de le partager sur les réseaux sociaux pour nous encourager d'avantage!!.
N'oubliez pas également de vous abonner sur notre Chaîne YouTube 👇🏽

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici