Une femme prise en otage par les rebelles ougandais de forces démocratiques alliées (ADF) lors d’une attaque le 14 février 2021 au village Ndalya dans le territoire d’Irumu en Ituri, a été rélâchée par ces assaillants la soirée de vendredi 05 Mars dernier dans la localité d’Eringeti, entité du territoire de Beni au Nord-Kivu.

Celle-ci a été libérée avec son bébé de trois ans selon les sources sur place. Elle indique avoir été rélâchée sans aucune condition et ces rebelles l’ont accompagné jusque dans les environs d’Eringeti, où elle est arrivée dans la soirée avant d’être récue par les autorités locales.

Aussitôt arrivée à Eringeti, la réscapée a donné des révélations accablantes selon lesquelles, les rebelles ADF veulent à tout pris récupérer les agglomérations de Ndalya, Mambelenga et Otomabere, trois entités du territoire d’Irumu dans la province de l’Ituri, récemment attaquées par ces assaillants qui ont installé des bastions aux alentours des entités précitées.

Pendant ce temps, l’ONG-DH convention pour le respect des droits humains (CRDH) antenne d’Irumu ne cesse d’alerter sur la présence de rebelles ADF dans cette partie du pays. Christophe Munyanderu, son coordonnateur demande aux autorités militaires de prendre des dispositions nécessaires pour endiguer le terrorisme ADF dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

Il faut le dire, la situation sécuritaire reste volatile dans la majeure partie des territoires de Beni au Nord-Kivu et Irumu dans la province de l’Ituri, caractérisée par la tuerie de civils par les rebelles ADF, suite à cette situation, plusieurs villages restent vidés de leur habitants qui se déplacent vers d’autres zones supposées sécurisées craignant pour leur sécurité.

Alexis Kasongo


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

Réagir sur cet article