Vus comme des garçons manqués ou des toxicomanes, ils attirent les regards durs, l’amour homosexuel

Les dreadlocks sont une coiffure typique des fidèles Rastafari, une religion étroitement associée à la musique reggae et à la weed.
Cependant, avec le changement d’époque, les millennials ont commencé à essayer cette coiffure.

dreadlocks

Cela a suscité des réactions mitigées de la part des conservateurs et des personnes âgées, toujours soucieuses de préserver les valeurs morales établies.

Néanmoins, de plus en plus de jeunes hommes ont adopté ce style, et maintenant les femmes emboîtent le pas, suscitant un débat sur la mode et la moralité.

Trois jeunes femmes qui ont essayé cette tendance parlent du ridicule qu’elles ont subi de la part d’amis et d’ennemis en raison du maintien de dreads.

Mes parents étaient très sceptiques quant à l’idée des dreads“, dit Debbie (ce n’est pas son vrai nom).

Après avoir constamment demandé le feu vert, ils ont finalement cédé. Alors je les ai mis et je me suis senti heureux.”
Avec le temps, cependant, certaines jeunes femmes ont commencé à l’approcher pour des rendez-vous amoureux, pensant qu’elle était devenue lesbienne.

Rastafari

Il y a un jour, j’étais dans un restaurant avec mes amis masculins. Une jeune femme est venue me saluer et m’a suivie jusqu’à notre table. Nous avons mangé avec mes autres amis et elle a proposé de payer l ‘addition“, a-t-elle déclaré.

Après cela, nous avons fait des connaissances et établi des contacts. Plus tard, elle a suggéré que nous devenions amants.”

Debbie dit qu’elle a refusé et que la fille est devenue amère et a pleuré en public.

Elle ajoute que maintenant, il devient courant d’être approchée par d’autres femmes, qui la confondent avec une lesbienne en raison de ses dreads.

Stella Kemunto, une motarde, a des dreads depuis 2016, date à laquelle elle a rejoint l’université.
Elle dit que des amis et des inconnus la prennent parfois pour un garçon manqué, un toxicomane et enivrant, tout cela grâce à sa coiffure très voyante.
Kemunto vient d’une famille adventiste du septième jour, qui est très conservatrice.

« Mes parents sont des dirigeants d’église. Je suis aussi une adventiste convaincue, mais quand j’allais à l’église avec des craintes, les autres fidèles me lançaient des regards sévères et condamnatoires », a-t-elle déclaré.

Il m’a été interdit de chanter dans la chorale jusqu’à ce que je les enlève, et un de mes amis qui avait aussi des dreads et était un leader de la jeunesse a été déchu de son leadership et excommunié.”
Elle dit que pour les jours où elle va à l’église, elle attache sa tête avec un panda ou tout autre tissu pour éviter d’attirer l’attention inutilement et pour éviter l’embarras à ses parents.
Cependant, elle dit que les dreadlocks sont une coiffure comme les autres et économique.
Mes dreads sont désormais permanentes. Je ne vais pas au salon. Je ne fais que les vaporiser et les laver. Elles me font gagner du temps et de l’argent“, a-t-elle déclaré.

Ils sont également naturels et empêchent les cheveux de tomber, contrairement aux autres coiffures.”

Nuru Abdalla est d’origine musulmane. Elle a aussi des dreads et elle dit que les membres de sa famille sont d’accord avec eux.

Selon l’islam, nous sommes censés nous laver cinq fois par jour, avant les prières“, a-t-elle déclaré.

« Donc, tant que vos dreads n’interfèrent pas avec ce processus d’ablution, ça va. »

Pour empêcher les gens de la prendre pour une lesbienne, elle dit qu’elle garde toujours ses dreads bien rangées et attachées dans le dos.

Ceux dont les dreads tombent au hasard ont tendance à apparaître comme masculins“, a-t-elle déclaré.

Par Gédéon Ngango


Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas de le partager sur les réseaux sociaux pour nous encourager d'avantage!!.
N'oubliez pas également de vous abonner sur notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES ACTUALITÉS SUR WAB-INFOS