Action des Jeunes pour le Bien-être Social en tant qu’ONG sentinelle de Droit de l’Homme dénonce avec la dernière énergie le comportement de vandalisme perpétré par les habitants de Mbengea une localité se trouvant dans la commune rurale de Binga située dans le secteur de Ngombe Mombangi, territoire de Lisala.

Quinze détenus se sont évadés de l’AMIGO du commissariat territorial de Binga dimanche 09 mai de l’année en cours aux environs de 07 heures du matin, lorsqu’une foule en colère des jeunes gens muni des bâtons et des pierres qui étaient descendue sur le lieu après avoir appris vers 05H00 du matin la mort d’un de leur nommé Aimé EMBOMBO MATILI qui fût déféré dans la police un jour avant sa mort par son oncle maternelle répondant au nom de YESA afin de lui protéger contre les tortures qui lui ont été soumise par les habitants du quartier où ce défunt habitait ensemble avec son oncle, car celui-ci lui reprochait à maintes reprises de la disparition de ses biens et vol d’argent dans leur maison.

C’est ainsi qu’après s’être soumis sérieusement au tabac par les jeunes gens du quartier qu’ils lui reprochaient de ce comportement répréhensible ; émus de compassion à son tour, son oncle Monsieur YESA ne tarda pas à le ravir entre les mains de ces bourreaux après qu’ils l’aient sérieusement molesté et le conduit samedi 08 mai 2021 à la police d’où il espérait le voir en sécurité mais hélas, la mort l’emporta le jour suivant au sein de l’AMIGO de MOBAKO et cela suite aux coups et blessures qu’il avait subi avant d’être mis au cachot.

Chose grave encore, cette même population qui avait soumis le malheureux Aimé EMBOMBO MATILI et avait baliser le chemin de la mort contre ce jeune homme un jour avant sa mort, se rétorque de nouveau contre les installations de la police tout en saccageant avec des pierres et bâtons l’unique cellule carcérale de MOBAKO, ce qui a entrainer l’évasion de 15 détenus qui s’y trouvait et cela après avoir appris la nouvelle de la mort au sein de cette cellule de leur frère Aimé EMBOMBO oubliant de songer premièrement aux coups et blessures qu’ils lui avaient soumis un jour avant sa mort.

Cet état de chose démontre à suffisance comment la vengeance privée est devenue du reste jusqu’à la preuve du contraire un instrument de justice pour les habitants de cette contrée de la République sur laquelle la police par un nombre réduit des éléments et moins équipée ne parvient pas à les maitriser et jouer son rôle en bonne et due forme dans la mesure où un gigantesque secteur comme Ngombe Mombangi qui compte plus de 500.000 habitants n’a pour la sécurisation de la population et ces biens qu’une vingtaine d’éléments de la police ce qui est inadmissible et inconcevable pour espérer une paix véritable ; même les éléments de la police se trouvent dans une insécurité grandissante.

Cette ONG demande la restauration de l’autorité de l’État dans ce coin de la République, tout en sollicitant l’augmentation au nombre et équipement des éléments de la police en vue de mieux exercer leur mission traductionnelle celle de la sécurisation de la population, des biens ainsi que du maintien de l’ordre public tout en songeant à l’épineux problème de l’amélioration de l’enveloppe salariale de ces hommes en uniforme afin d’éviter les pires actes des tortures et tracasseries sur la population.

Elle sollicite encore le concours de toutes les autorités politico-administratives, militaires et paramilitaires ainsi que les partenaires qui nous lisent en ampliation de bien vouloir chacune dans ces attributions s’impliquer afin que les dispositions sus évoquées soient mise en application dans le strict respect de la loi.

Roger NZUMBU MOSENGE

Président National.


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici