Les matches s’enchaînent durant cette traditionnelle période festive. C’est la fameuse période « make or break » : ça passe ou ça casse pour les 505 joueurs du championnat.

Jusqu’ici, quelle star a tiré son épingle du jeu ? Après 21 semaines de compétition, voici les onze joueurs « premiums » de Premier League.

Bernd Leno (Arsenal)

Hormis sa grossière erreur contre Chelsea le 29 décembre, Bernd Leno a quasiment fait un sans-faute dans les cages d’Arsenal.
Semaine après semaine, le portier allemand gomme les erreurs de David Luiz et Mustafi. Il a le deuxième meilleur ratio d’arrêts en Premier League cette saison (78) et le quatrième meilleur ratio d’interceptions aériennes (16).
Il était une référence au poste en Bundesliga et il l’est désormais en Premier League.

Çağlar Söyüncü (Leicester)

Après avoir été utilisé avec parcimonie lors de sa première saison à Leicester l’an dernier, Söyüncü est devenu le patron défensif de l’équipe de Brendan Rodgers en 2019/20.
Le roc turc a admirablement remplacé Harry Maguire dans la charnière centrale des Foxes.
Sur la scène internationale, sa prestation lors du match

Van Dijk (Liverpool)

Van Dijk continue de s’affirmer comme l’un des meilleurs défenseurs de l’ère moderne de Premier League.
Sur la même dynamique que la saison 2018-19, le robuste Néerlandais est intraitable dans l’arrière-garde, peu importe son partenaire de chasse (tantôt Matip, Gomez ou Lovren).
L’Angleterre a vu passer d’illustres défenseurs centraux dans son élite. Après Rio Ferdinand, Nemanja Vidic et John Terry, elle se délecte maintenant de la présence de Van Dijk.

Ricardo Pereira (Leicester)

Trent Alexander-Arnold nous pardonnera son exclusion au profit de Ricardo Pereira. Mais comment ne pas ? L’ex-Niçois a été l’une des plaques tournantes de cette surprenante équipe de Leicester (2e).
Outre ses chevauchées sur le flanc gauche, sa frappe imparable contre Tottenham et son exploit solitaire contre Newcastle resteront longtemps dans les mémoires. Il ne lésine pas sur les efforts défensifs non plus (2e meilleur tacleur du championnat).
Logiquement, Pereira est annoncé au PSG et chez d’autres cadors européens au prochain mercato.

Andrew Robertson (Liverpool)

Marcelo a beau avoir remporté le titre honorifique de meilleur latéral gauche (équipe-type The Best), le meilleur à ce poste évolue bien dans le Merseyside.
C’est le latéral parfait de la saison : qualité de centre, projections offensives bien calculées et repli défensif sérieux.
Robertson est surnommé « Robbo » dans le vestiaire Liverpool. À juste titre, car l’Ecossais est une vraie machine.

Fabinho (Liverpool)

Et dire qu’il y a encore quelques mois, le transfuge de l’AS Monaco s’apparentait à un flop monumental. Ses six premiers mois de compétition ont gommé tout les doutes et incertitudes.
Le Brésilien aspire tout les ballons dans l’entrejeu et représente la rampe de lancement des attaques des Reds. Fabinho is « the real deal », comme disent les Anglais.

Kevin De Bruyne (Manchester City)

Le meilleur passeur décisif de Premier League. Et de loin (12 unités, 4 de plus que le deuxième Trent Alexander-Arnold).
Après avoir raté la majeure partie de la saison dernière à cause d’une blessure, De Bruyne tente de rattraper le temps perdu. Jusqu’ici, cette mission est en bonne voie.
City (3e place) va sans doute perdre son titre au profit du leader Liverpool, mais les efforts surhumains de De Bruyne ont fait durer le suspense jusqu’en fin d’automne.

James Maddison (Leicester)

La Premier League ne manque pas de grand chose, mais s’il y a un aspect qui lui fait défaut, c’est le déficit de meneurs de jeu purs, les « playmakers » du style Gascoigne et Hoddle.
C’est pour cela que James Maddison est une bouffée d’air frais. Après une saison 2018-19 encourageante, le jeune métronome anglais, ciblé par Man United, a véritablement explosé depuis août.

Sadio Mané (Liverpool)

Le facteur X des Reds cette saison, ce n’est plus Salah mais plutôt son compère sénégalais.
Au lieu de bouder son « fiasco » au Ballon d’Or, Mané a effectué une première partie de saison qualitative de bout en bout.
Vitesse, puissance, instinct tueur : Mané continue de démontrer l’étendue de son talent. Jürgen Klopp et le kop d’Anfield lui disent merci.

Tammy Abraham

Dans les couloirs de Stamford Bridge, on parle souvent de la « malédiction du numéro 9 ». Depuis Hasselbaink en 2004, aucun attaquant de Chelsea ayant revêtu ce numéro n’a été un franc succès. Torres, Shevchenko, Morata, se sont tous cassés les dents en arborant ce numéro.

Mais Tammy Abraham, du haut de ses 22 ans, est en train de casser cette série noire. Ses 12 buts en 18 matches de Premier League (3e meilleur buteur) symbolisent le début de saison tonitruant de Chelsea.
Par ailleurs, l’équipe nationale d’Angleterre tient le suppléant d’Harry Kane pour l’Euro 2020, compte-tenu de la retraite internationale de Jamie Vardy.

Jamie Vardy (Leicester)

Vardy, justement, avait toutes les excuses du monde de plonger cette saison : son âge avancé (32 ans désormais) et la querelle ultra-médiatisée entre son épouse et celle de Wayne Rooney (nous nous abstiendrons d’élaborer).

Mais au lieu de se morfondre, le speedster anglais enfile les buts à vive allure et reste une référence du poste en PL anglaise. Il est tout simplement le meilleur buteur du championnat avec 17 réalisations. La tempête médiatique avec les WAGs ne l’a pas déstabilisé. Contre vents et marées, Vardy reste sur un rythme de croisière.


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

RÉAGIR

Saisi votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.