L’Organisation internationale du travail (OIT) a révélé ce vendredi dans un rapport que cinquante travailleurs immigrés étaient morts sur les chantiers de la Coupe du monde 2022 au Qatar et plus d’un demi-millier avaient été gravement blessés.

À un an du début de la Coupe du monde 2022, le Qatar continue de faire parler de lui pour les mauvaises conditions dans lesquelles les ouvriers construisent les stades de la compétition. Ce vendredi, l’Organisation internationale du travail (OIT) a révélé que cinquante travailleurs immigrés étaient morts sur les chantiers du riche émirat gazier en 2020. Parallèlement, toujours selon le rapport de l’agence onusienne, un demi-millier (506 exactement) ont été grièvement blessés l’an passé.

Par ailleurs, 37 600 autres ont subi des blessures légères ou modérées. L’OIT dit avoir été confrontée à des failles dans les données collectées et s’être appuyée sur des institutions qui ne catégorisent pas toujours de la même façon morts et blessés au travail. Les données « ne sont pas collectées de manière systématique », a affirmé dans un communiqué Max Tunon, à la tête du bureau de l’agence onusienne au Qatar, le rapport appelant à la mise en place d’une « plateforme nationale » rassemblant toutes les données.

« Mieux enquêter sur les causes des décès qui ne sont pas catégorisées comme étant liées au travail »

« Nous devons agir dans l’urgence, car derrière chaque chiffre il y a un travailleur et sa famille, a-t-il ajouté. Une autre recommandation clé est de mieux enquêter sur les causes des décès qui ne sont pas catégorisés comme étant liés au travail, mais qui pourraient l’être. » En réaction à ce rapport, un porte-parole du gouvernement qatarien a fait savoir que son pays étudiait les recommandations et allait continuer à travailler avec l’OIT.

Doha assure avoir fait beaucoup pour améliorer les conditions de travail des travailleurs immigrés, qui sont plus de deux millions dans le pays. En février, le Qatar avait farouchement démenti des informations du quotidien britannique The Guardian chiffrant à plus de 6 500 le nombre de travailleurs immigrés morts sur place depuis 2010, mais refuse toutefois de rendre public le nombre exact de morts.

Lucien Sham’s

Goma

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas de le partager sur les réseaux sociaux pour nous encourager d'avantage!!.
N'oubliez pas également de vous abonner sur notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES ACTUALITÉS SUR WAB-INFOS