Certains regrettent de ne pas donner plus d’importance aux joueurs défensifs. Mais le but du football reste inchangé depuis ses débuts : il faut marquer plus que son adversaire. Une réalité qui met forcément en avant les attaquants, et plus précisément les renards des surfaces, au détriment des gardiens ou encore des solides arrières.

Les 2-3 dernières décennies ont d’ailleurs vu éclore de nombreux phénomènes offensifs qui resteront à jamais dans les annales de notre sport favori.

Wab infos s’est penché sur les statistiques des meilleurs scoreurs en activité lors des années 2000 et vous propose de retrouver les 50 joueurs les plus prolifiques de cette période. Exit les légendaires et mythiques Josef Bican, Pelé, Ferenc Puskas ou encore Gerd Müller, qui ont évolué à une autre époque. Des critères précis ont été utilisés pour établir ce classement.

En effet, il faut avoir disputé au moins une saison professionnelle au-delà de l’année 2000 mais surtout, avoir joué au moins 40% de ses matchs en Europe. Seuls les buts inscrits en club, en équipe première, et en sélection A, ont été retenus. D’où l’absence de Romario, qui s’il a été très performant au PSV et à Barcelone (166 buts), a enquillé le plus clair de ses buts (743 au total) au Brésil.

Attention, il ne s’agit pas de dire quel joueur est meilleur qu’un autre. Le classement a seulement pour but de mettre en avant les noms des grands buteurs de l’époque moderne et leur efficacité. Après tout, seule la crème de la crème a été retenue et il y a en pour tous les goûts !

Messi talonne CR7 Est-ce une surprise ?

Absolument pas. Les deux monstres du 21e siècle trustent bien évidemment les deux premières places de ce classement. Avec tout juste 1000 matchs à son actif, Cristiano Ronaldo (1er, 725 buts) est le joueur le plus prolifique des années 2000. Le Portugais, qui occupe la 6e place des meilleurs buteurs de l’histoire du football, devance Lionel Messi (2e, 697), qui le talonne dans le classement des géants.

De deux années son cadet, l’Argentin pourrait, en fonction de la date de sa retraite et de celle du Turinois, lui griller la politesse dans les années à venir. En tout cas, il est, avec 0,81 but/match, le joueur le plus efficace du 21e siècle. Deux duos de choc dans le TOP 10 Zlatan Ibrahimovic (3e, 540) complète lui ce podium. L’attaquant suédois, qui est devenu une machine à buts après ses 30 ans, ne devrait pas améliorer son total de manière significative puisqu’il se rapproche de la retraite.

Pour l’accompagner dans ce TOP 10, on retrouve son ex-compère en sélection, Henrik Larsson (6e, 468), qui a fait les beaux jours du Celtic. Un duo de choc qui en précède un autre. En effet, Raul (8e, 432) et David Villa (9e, 428) sont eux aussi les deux seuls représentants de leur pays dans ce classement. Avec 860 réalisations à eux deux, ils ont clairement été les Espagnols les plus en vue au cours des 20 dernières années. Ronaldo, si seulement.

Parmi les 15 joueurs ayant inscrit au moins 400 buts, on retrouve bien évidemment Ronaldo (12e, 414). Le Brésilien, avec 0,67 but/match, a été le quatrième joueur le plus efficace derrière Messi, CR7 (0,73) et Mario Jardel (29e, 343) et son 0,69 but/match. Sans ses trois graves blessures aux genoux et ses innombrables pépins physiques, qu’aurait pu donner le double Ballon d’Or dans un football bien plus défensif qu’à l’heure actuelle ? Rien que d’y penser, on peut avoir des frissons… Parmi les joueurs à la retraite et qui figurent aux 15 premières places, il a été, avec Alan Shearer (14e, 409), celui dont la carrière a été la plus courte (18 ans).

Henry et Benzema, seuls Bleus Et les Français, dans tout ça ?

Sans surprise, on retrouve les deux joueurs qui peuvent être considérés, avec Jean-Pierre Papin, comme les plus grands attaquants tricolores de l’histoire : Thierry Henry (13e, 411) et Karim Benzema (34e, 334). Les données des deux ex-partenaires en sélection sont d’ailleurs sensiblement similaires, puisqu’ils ont respectivement un ratio de 0,45 et 0,46 but/match. Des chiffres globalement inférieurs à leurs homologues présents dans ce classement. Mais il est toutefois utile de rappeler que les deux joueurs, contrairement à certains, ont un profil moins tueur du fait de leur participation très active au jeu.

Les Néerlandais en force, des gloires italiennes, l’Allemagne à la traîne Dans ce TOP 50, la présence de nombreux Néerlandais saute aux yeux. Six ont d’ailleurs marqué leur époque. Klaas-Jan Huntelaar (16e, 398), Pierre van Hooijdonk (18e, 383) et Ruud van Nistelrooy (19e, 382), particulièrement saignants devant le but, devancent Robin van Persie (39e, 322), Roy Makaay (41e, 321) et Dirk Kuyt (42e, 321). On note également la présence de cinq Italiens. A part Alessandro Del Piero (31e, 343), ils sont tous en queue de classement : Luca Toni (40e, 322), Roberto Baggio (45e, 318), Francesco Totti (47e, 316) et Filippo Inzaghi (49e, 313). Mais aussi et surtout celle d’un seul Allemand en la personne de Mario Gomez (48e, 314). Des icones dans leur pays Certains joueurs ont marqué leur pays au fer rouge et en sont les dignes représentants.

C’est notamment le cas du Cameroun avec Samuel Eto’o (9e, 426), de l’Irlande avec Robbie Keane (17e, 393), de la Turquie avec Hakan Sükür (20e, 381), de l’Ukraine avec Andriy Shevchenko (22e, 375) ou encore de la Côte d’Ivoire avec Didier Drogba (25e, 363). Mais aussi de la Bosnie avec Edin Dzeko (28e, 346), de la Géorgie avec Shota Arveladze (30e, 343), du Pérou avec Claudio Pizarro (33e, 339), du Paraguay avec Oscar Cardozo (35e, 333), du Chili avec Ivan Zamorano (37e, 326), de la Bulgarie avec Dimitar Berbatov (38e, 323) et de la Colombie avec Radamel Falcao (43e, 319). Les cas Lewandowski et Neymar Si certains joueurs ont arrêté leur carrière et que d’autres s’essoufflent, deux d’entre-eux carburent à plein régime. Robert Lewandowski (4e, 472), qui tourne à une moyenne affolante de 50 buts par saison depuis 5 ans, ne faiblit pas et menace grandement Ibrahimovic. Avec seulement 68 buts de retard, le Polonais devrait rapidement éjecter le Suédois du podium.

Neymar (23e, 371) fait aussi bonne figure. Le Brésilien, seul joueur à ne pas avoir la trentaine parmi les 50 noms, dispose d’une énorme marge de manoeuvre pour grappiller une dizaine de places très vite.

Si Ronaldo et Messi semblent inatteignables, le Parisien ne devrait avoir aucun mal à effacer des tablettes les plus grands dans les années à venir. Ils sont restés hors du TOP 50 Certains grands noms n’ont pas réussi à intégrer ce classement. Antonio Di Natale (311), David Trezeguet (308), Hernan Crespo (308), Alexander Frei (305), Dennis Bergkamp (303), Frank Lampard (303), Miroslav Klose (303), Fernando Torres (301) ou encore Jan Koller (300) ont tous atteint la barre des 300 buts avant de rendre leur tablier. D’autres devraient le faire assez rapidement ou n’en sont pas loin, comme Pierre-Emerick Aubameyang (282), Bafetimbi Gomis (277), Marcus Berg (276), Romelu Lukaku (259), Olivier Giroud (259), Antoine Griezmann (229) ou encore Harry Kane (229). Les nations les plus représentées Brésil (6) : Rivaldo, Ronaldo, Luis Fabiano, Neymar, Jardel, Ronaldinho Pays-Bas (6) : Huntelaar, Van Hooijdonk, Van Nistelrooy, Van Persie, Makaay, Kuyt Italie (5) : Del Piero, Toni, Baggio, Totti, F. Inzaghi Argentine (4) : Messi, Agüero, Batistuta, Higuain Angleterre (4) : Shearer, Sheringham, Rooney, Defoe Uruguay (3) : Suarez, Cavani, Forlan Portugal (2) : C. Ronaldo, Pauleta Suède (2) : Ibrahimovic, Larsson Espagne (2) : Raul, Villa France (2) : Henry, Benzema Pologne (1) : Lewandowski Cameroun (1) : Eto’o Irlande (1) : Robbie Keane Turquie (1) : Sükür Ukraine (1) : Shevchenko Côte d’Ivoire (1) : Drogba Bosnie (1) : Dzeko Géorgie (1) : Arveladze Pérou (1) : Pizarro Paraguay (1) : Cardozo Chili (1) : Zamorano Bulgarie (1) : Berbatov Colombie (1) : Falcao Allemagne (1) : Gomez

En effet, Raul (8e, 432) et David Villa (9e, 428) sont eux aussi les deux seuls représentants de leur pays dans ce classement. Avec 860 réalisations à eux deux, ils ont clairement été les Espagnols les plus en vue au cours des 20 dernières années. Ronaldo, si seulement… Parmi les 15 joueurs ayant inscrit au moins 400 buts, on retrouve bien évidemment Ronaldo (12e, 414). Le Brésilien, avec 0,67 but/match, a été le quatrième joueur le plus efficace derrière Messi, CR7 (0,73) et Mario Jardel (29e, 343) et son 0,69 but/match.

Sans ses trois graves blessures aux genoux et ses innombrables pépins physiques, qu’aurait pu donner le double Ballon d’Or dans un football bien plus défensif qu’à l’heure actuelle ?

Rien que d’y penser, on peut avoir des frissons… Parmi les joueurs à la retraite et qui figurent aux 15 premières places, il a été, avec Alan Shearer (14e, 409), celui dont la carrière a été la plus courte (18 ans).

Henry et Benzema, seuls Bleus Et les Français, dans tout ça ?

Sans surprise, on retrouve les deux joueurs qui peuvent être considérés, avec Jean-Pierre Papin, comme les plus grands attaquants tricolores de l’histoire : Thierry Henry (13e, 411) et Karim Benzema (34e, 334).

Les données des deux ex-partenaires en sélection sont d’ailleurs sensiblement similaires, puisqu’ils ont respectivement un ratio de 0,45 et 0,46 but/match. Des chiffres globalement inférieurs à leurs homologues présents dans ce classement. Mais il est toutefois utile de rappeler que les deux joueurs, contrairement à certains, ont un profil moins tueur du fait de leur participation très active au jeu.

Les Néerlandais en force, des gloires italiennes, l’Allemagne à la traîne Dans ce TOP 50, la présence de nombreux Néerlandais saute aux yeux. Six ont d’ailleurs marqué leur époque. Klaas-Jan Huntelaar (16e, 398), Pierre van Hooijdonk (18e, 383) et Ruud van Nistelrooy (19e, 382), particulièrement saignants devant le but, devancent Robin van Persie (39e, 322), Roy Makaay (41e, 321) et Dirk Kuyt (42e, 321). On note également la présence de cinq Italiens. A part Alessandro Del Piero (31e, 343), ils sont tous en queue de classement : Luca Toni (40e, 322), Roberto Baggio (45e, 318), Francesco Totti (47e, 316) et Filippo Inzaghi (49e, 313). Mais aussi et surtout celle d’un seul Allemand en la personne de Mario Gomez (48e, 314). Des icones dans leur pays Certains joueurs ont marqué leur pays au fer rouge et en sont les dignes représentants.

C’est notamment le cas du Cameroun avec Samuel Eto’o (9e, 426), de l’Irlande avec Robbie Keane (17e, 393), de la Turquie avec Hakan Sükür (20e, 381), de l’Ukraine avec Andriy Shevchenko (22e, 375) ou encore de la Côte d’Ivoire avec Didier Drogba (25e, 363). Mais aussi de la Bosnie avec Edin Dzeko (28e, 346), de la Géorgie avec Shota Arveladze (30e, 343), du Pérou avec Claudio Pizarro (33e, 339), du Paraguay avec Oscar Cardozo (35e, 333), du Chili avec Ivan Zamorano (37e, 326), de la Bulgarie avec Dimitar Berbatov (38e, 323) et de la Colombie avec Radamel Falcao (43e, 319).

Les cas Lewandowski et Neymar , Si certains joueurs ont arrêté leur carrière et que d’autres s’essoufflent, deux d’entre-eux carburent à plein régime. Robert Lewandowski (4e, 472), qui tourne à une moyenne affolante de 50 buts par saison depuis 5 ans, ne faiblit pas et menace grandement Ibrahimovic. Avec seulement 68 buts de retard, le Polonais devrait rapidement éjecter le Suédois du podium. Neymar (23e, 371) fait aussi bonne figure. Le Brésilien, seul joueur à ne pas avoir la trentaine parmi les 50 noms, dispose d’une énorme marge de manoeuvre pour grappiller une dizaine de places très vite. Si Ronaldo et Messi semblent inatteignables, le Parisien ne devrait avoir aucun mal à effacer des tablettes les plus grands dans les années à venir.

Ils sont restés hors du TOP 50 Certains grands noms n’ont pas réussi à intégrer ce classement.

Antonio Di Natale (311), David Trezeguet (308), Hernan Crespo (308), Alexander Frei (305), Dennis Bergkamp (303), Frank Lampard (303), Miroslav Klose (303), Fernando Torres (301) ou encore Jan Koller (300) ont tous atteint la barre des 300 buts avant de rendre leur tablier. D’autres devraient le faire assez rapidement ou n’en sont pas loin, comme Pierre-Emerick Aubameyang (282), Bafetimbi Gomis (277), Marcus Berg (276), Romelu Lukaku (259), Olivier Giroud (259), Antoine Griezmann (229) ou encore Harry Kane (229).

Les nations les plus représentées

Brésil (6) : Rivaldo, Ronaldo, Luis Fabiano, Neymar, Jardel, Ronaldinho Pays-Bas (6) : Huntelaar, Van Hooijdonk, Van Nistelrooy, Van Persie, Makaay, Kuyt Italie (5) : Del Piero, Toni, Baggio, Totti, F. Inzaghi Argentine (4) : Messi, Agüero, Batistuta, Higuain Angleterre (4) : Shearer, Sheringham, Rooney, Defoe Uruguay (3) : Suarez, Cavani, Forlan Portugal (2) : C. Ronaldo, Pauleta Suède (2) : Ibrahimovic, Larsson Espagne (2) : Raul, Villa France (2) : Henry, Benzema Pologne (1) : Lewandowski Cameroun (1) : Eto’o Irlande (1) : Robbie Keane Turquie (1) : Sükür Ukraine (1) : Shevchenko Côte d’Ivoire (1) : Drogba Bosnie (1) : Dzeko Géorgie (1) : Arveladze Pérou (1) : Pizarro Paraguay (1) : Cardozo Chili (1) : Zamorano Bulgarie (1) : Berbatov Colombie (1) : Falcao Allemagne (1) : Gomez

Voici les 50 meilleurs buteurs en activité :

Source : Maxifoot


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

RÉAGIR

Saisi votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.