A l’instar de Lionel Messi, très remonté sur le terrain, les Argentins ont dénoncé le comportement des autorités sanitaires brésiliennes, dont l’intervention a provoqué la suspension du match Brésil-Argentine.

Le Covic-19 aura eu raison du choc entre le Brésil et l’Argentine, remake très attendu de la finale de la récente Copa America remportée par l’Albiceleste au Maracana (0-1). La faute aux autorités sanitaires brésiliennes, qui n’ont pas hésité à pénétrer sur terrain dès les premières minutes de la rencontre pour demander l’arrête de la rencontre, pointant du doigt un « non-respect des règles de santé publique, qui impliquent quatre joueurs argentins ».

D’après les autorités sanitaires brésiliennes, les quatre joueurs argentins évoluant en Premier League (Martinez, Buendia, Lo Celso et Romero) auraient en effet effectué de fausses déclarations à leur entrée dans le pays. Selon le protocole en vigueur au Brésil, les joueurs venant d’Angleterre auraient en effet dû se soumettre à une quarantaine de quinze jours au moment de leur arrivée. L’intervention des officiels brésiliens, venus une première fois à la charge alors que la délégation argentine s’apprêtait à quitter son hôtel pour rejoindre la Corinthians Arena, n’a évidemment pas été du goût des visiteurs, rapidement retournés au vestiaire.

x
Lionel Messi est néanmoins rapidement revenu sur la pelouse pour signifier son mécontentement auprès du délégué de l’agence. « Ça fait quatre jours qu’on est là. Vous auriez pu venir dès le premier jour, mais non…», a-t-il ainsi lancé, ajoutant : « On est ici depuis trois jours et vous avez attendu que le match commence ? Pourquoi vous n’avez-vous pas prévenu plus tôt ? » Une position partagée par son entraîneur, Lionel Scaloni. « Pourquoi vous n’êtes pas venus les chercher à l’hôtel ? La Conmebol nous a dit qu’on pouvait jouer. Ne cherchez pas des problèmes là où il n’y en a pas », a ainsi lâché le technicien argentin.

Je n’ai pas les mots
Et Lionel Scaloni de s’interroger auprès de Neymar, présent dans l’attroupement : « Si le joueur ne peut pas entrer dans le pays, pourquoi ils l’ont laissé entrer ? Cela fait trois jours qu’on s’entraîne. » Quelques minutes plus tard, l’ancien milieu de terrain du Deportivo La Corogne a répété son incompréhension à la télévision argentine. « Ça me rend très triste. Mais je ne cherche pas de coupables. Ce n’était pas le moment de faire ça. Ce match aurait dû être une fête pour tout le monde, avec les meilleurs joueurs du monde, mais ça se termine comme ça. Je n’ai pas les mots », a-t-il confié, ajoutant : « Je veux que les Argentins comprennent qu’en tant qu’entraîneur, je dois défendre mes joueurs. Quand des gens viennent en disant qu’ils veulent les expulser, ce n’est pas possible. A aucun moment, on ne nous a prévenu qu’on ne pouvait pas jouer. Nous voulions disputer le match, les joueurs brésiliens aussi. »

L’incompréhension était la même dans la bouche de Claudio Tapia, le président de la fédération argentine. « Il y a une législation sanitaire pour tous les matchs de la Fifa qui se jouent ici, pour tous les tournois d’Amérique du Sud. Les autorités sanitaires de chaque pays ont approuvé un protocole que nous venons de respecter au maximum, a-t-il expliqué. Quatre personnes sans masque sont venues interrompre le match. Ils voulaient notifier quelque chose, je ne sais même pas vraiment quoi. La Conmebol nous a dit d’aller au vestiaire, ce qu’on a fait. Désormais, nous nous préparons pour rentrer en Argentine. Nous attendons l’avion, qui était prévu un peu plus tard. »

Lucien Sham’s

Football

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas de le partager sur les réseaux sociaux pour nous encourager d'avantage!!.
N'oubliez pas également de vous abonner sur notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES ACTUALITÉS SUR WAB-INFOS