Patrick Nnaemeka Okorie dit Patoranking, est sans doute l’un des plus grands artistes du continent africain.

Lors de sa troisième visite au Rwanda, il a assisté à la troisième édition du YouthConnekt et a donné un concert mercredi soir. Un confrère de Newtimes l’a rencontré pour discuter de questions relatives à la jeunesse africaine, de son parcours musical et de son expérience au Rwanda.

Voici l’extrait de sa réflexion;


Quelle a été votre expérience compte tenu du fait que vous êtes allé trois fois au Rwanda maintenant?

Eh bien, je devrais dire que cela a été une expérience vraiment incroyable pour moi. Chaque fois que je viens ici, il y a un très grand changement, en particulier dans l’infrastructure ici. Je suis venu ici trois fois mais je n’ai jamais eu la chance de me promener et de voir les différents endroits car je ne restais qu’une journée et je partais, mais je suis ici pendant deux jours. Je viens de rentrer du site du mémorial du génocide et c’est une expérience tellement touchante.

Vous êtes venus assister au YouthConnekt Africa 2019, que pensez-vous que les jeunes ont gagné?

Je pense que les jeunes de différents pays d’Afrique ont eu la chance de s’inspirer de leurs compatriotes africains qui ont vraiment réussi et c’est une sorte de motivation pour eux. Lorsque quelqu’un traverse une période difficile mais écoute quelqu’un qui a vécu la même chose et qui a réussi à s’en sortir, cela l’aide à devenir optimiste et à se hisser au sommet.

Selon vous, quels sont les principaux défis auxquels la jeunesse africaine est confrontée aujourd’hui?

L’un d’eux est qu’ils n’ont guère accès aux gens qu’ils admirent. Vous voyez, les gens que beaucoup de jeunes admirent ont commis de nombreuses erreurs et si les jeunes les apprenaient et les écoutaient, je suis sûr qu’ils en apprendraient beaucoup.

Le gouvernement rwandais a aidé ses jeunes à résoudre ce problème car Didier Drogba et moi-même sommes actuellement ici pour les inspirer et j’espère qu’ils vont apprendre de nous.

D’après ma propre expérience d’artiste, je comprends que ce n’a pas été facile de le faire. Comment avez-vous réussi à réussir?

Ce n’était pas facile au début. Pas de sponsor, à la recherche d’un label et devant faire beaucoup de choses tout seul. Je devais continuer à travailler, je devais continuer à croire en moi et à toujours me dire que je suis le meilleur même lorsque je n’étais pas entendu. Je devais garder une attitude positive et c’est ce que tous les jeunes devraient faire, car si j’avais arrêté, je n’aurais jamais réussi.

Est-ce que vous savez quelque chose sur la musique rwandaise?

Je connais certainement Meddy, car il est un homme très talentueux et c’est pour cette raison que nous allons bientôt en studio pour faire une chanson ensemble. Je ne connais pas beaucoup d’artistes rwandais, je veux être honnête, mais je connaissais aussi les Urban Boys à l’époque.

Quelles sont les choses que vous ne pouvez pas attendre pour dire à votre peuple au Nigeria sur le Rwanda?

J’aime le fait qu’il soit propre et que les gens ici respectent les lois du pays. Les gens sont des citoyens respectueux de la loi et c’est quelque chose que vous ne trouvez pas partout. Même les Nigérians sont des citoyens respectueux des lois, mais la discipline est beaucoup plus stricte.

Vous avez donné un concert au sommet, parlez-en moi?

Je suis allé dans de nombreux pays d’Afrique et hors du continent. Cependant, c’était la première fois que je me produisais lors d’un concert auquel participaient beaucoup de gens du monde entier. Comme dans beaucoup de concerts que je fais, ce sont principalement des gens de ces pays qui assistent mais ici, c’est un mélange de courses, origines et âges différents et ce fut un très grand moment pour moi.

Après avoir visité le centre commémoratif du génocide de Kigali, que tirez-vous de l’histoire du Rwanda et quelles leçons les gens devraient-ils en tirer?

Comme je vous l’ai dit, c’est la première fois que je vais dans différents endroits de Kigali et j’ai réussi à visiter le centre du mémorial du génocide. C’est une expérience très triste et mon cœur va aux personnes qui ont perdu leurs proches.

Cependant, c’est une leçon pour tous les peuples, pas seulement au Rwanda, mais dans le monde entier, de toujours s’aimer les uns les autres, quelles que soient leurs origines. Après tout, nous sommes tous des humains et nous ne pouvons pas être identiques. Les différences de couleur de peau, de langue et d’origine ne doivent pas nous diviser, mais plutôt nous rapprocher car nous avons beaucoup à apprendre les uns des autres.


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

RÉAGIR

Saisi votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.