Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé ce mercredi 16 novembre que le missile qui a frappé mardi la Pologne était “russe”. Des propos qui contredisent ceux des responsables de l’Otan et des Etats-Unis.

Il reste inflexible sur le sujet. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé, mercredi 16 novembre, que le missile ayant frappé un village polonais près de la frontière avec l’Ukraine était « russe », et ce, malgré le fait que la piste d’un tir accidentel, possiblement ukrainien, semble être privilégiée. Des propos repris par BFMTV le même jour. « Je n’ai aucun doute que ce missile n’était pas à nous », a déclaré mercredi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky à la télévision. « Je crois que c’était un missile russe, conformément au rapport des militaires » ukrainiens, a-t-il ajouté.

Volodymyr Zelensky

Il a par ailleurs assuré n’avoir reçu aucune preuve des pays occidentaux sur le fait que le projectile faisait partie de l’arsenal de la défense antiaérienne ukrainienne. « Avons-nous le droit de recevoir les preuves de nos partenaires à huis clos ? Nous n’avons rien reçu », a déclaré le président ukrainien avant d’ajouter que Kiev voulait intégrer un groupe d’enquête international sur cet incident.

Un imbroglio militaire et diplomatique

Les propos du président ukrainien ne font que rajouter une certaine confusion à l’imbroglio militaire et diplomatique qui sévit entre Kiev et ses alliés depuis la frappe. Les responsables de l’Otan, dont la Pologne est membre, sont en effet d’avis que le missile a été tiré depuis l’Ukraine.

Les propos de Volodymyr Zelensky contredisent directement ceux des responsables américains et de l’Otan. Ainsi, Joe Biden a estimé mardi soir « improbable » que le missile qui a frappé la Pologne ait été tiré depuis la Russie. La Maison-Blanche a d’ailleurs réaffirmé ce mercredi que « rien ne contredit » la thèse selon laquelle le missile provient de la défense ukrainienne.

« Cela étant dit, quelles que soient les conclusions définitives, il est clair que la Russie est, au bout du compte, responsable de cet incident tragique », a déclaré une porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain, Adrienne Watson, dans un communiqué repris par BFM, faisant référence aux attaques de Moscou contre Kiev depuis le 24 février.

Par Gédéon Ngango




Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas de le partager sur les réseaux sociaux pour nous encourager d'avantage!!.
N'oubliez pas également de vous abonner sur notre Chaîne YouTube 👇🏽