Medea Benjamin et Nicolas Davies de Common Dreams ont lu les discours de l’Assemblée générale des Nations unies. Ils ont constaté que les dirigeants de 66 pays, pour la plupart du Sud, ont également profité de leurs discours à l’Assemblée générale pour demander la fin de la guerre en Ukraine par des négociations pacifiques, comme l’exige la Charte des Nations unies. Ils ont compilé des extraits de ces discours. Nous en amenons quelques-uns ici.

Les nations qui ont appelé à la paix en Ukraine représentent plus d’un tiers des pays du monde, et elles constituent la majorité de la population mondiale.

Alors que les pays de l’OTAN et de l’UE ont rejeté les pourparlers de paix et que les dirigeants américains et britanniques les ont activement sapés, cinq pays européens – dont la Hongrie et le Portugal, deux pays de l’OTAN, ainsi que Malte, Saint-Marin et l’État de la Cité du Vatican – ont accepté les appels à la paix lancés par l’Assemblée générale.

Macky Sall, le président du Sénégal, qui s’est également exprimé en sa qualité de président de l’Union africaine, a déclaré : « Nous demandons une solution négociée pour éviter le risque catastrophique d’un conflit mondial potentiel ».

Philip Perre, Premier ministre de Sainte-Lucie, un petit État insulaire des Caraïbes, a déclaré à l’Assemblée générale : « Les articles 2 et 33 de la Charte des Nations unies engagent sans équivoque les États membres à s’abstenir de recourir à la menace ou à l’emploi de la force contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État et à négocier et régler tous les différends internationaux par des moyens pacifiques.

Les dirigeants du Sud ont déploré l’effondrement du système de l’ONU – pas seulement dans la guerre en Ukraine, mais à travers des décennies de guerre et de coercition économique par les États-Unis et leurs alliés.

Le président du Timor-Oriental, Jose Ramos-Horta, a directement mis en cause la politique de deux poids, deux mesures de l’Occident, en déclarant aux pays occidentaux :  » Vous devriez vous arrêter un instant et réfléchir au contraste frappant avec votre réponse aux guerres qui se déroulent ailleurs, où des femmes et des enfants meurent par milliers de la guerre et de la famine. En tant que pays du Sud, nous constatons qu’il y a deux poids, deux mesures. Notre opinion ne voit pas la guerre en Ukraine de la même manière qu’elle est vue au Nord. »

Le ministre des affaires étrangères du Vatican, Pietro Parolin, a mis en garde : « Pour éviter une catastrophe nucléaire, il est essentiel qu’il y ait un engagement sérieux pour trouver une solution pacifique au conflit. »

Le Premier ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina, a déclaré à l’assemblée : « À cause des sanctions et des contre-sanctions, l’humanité entière est punie. L’impact ne se limite pas à un seul pays, mais met en danger la vie et les moyens de subsistance de tous les habitants de la planète et viole leurs droits fondamentaux. Arrêtez la course aux armements, arrêtez la guerre et les sanctions ».

Solution pacifique

La Turquie, le Mexique et la Thaïlande ont chacun proposé des approches pour entamer de nouveaux pourparlers de paix, tandis que le cheikh Al-Thani, l’émir du Qatar, a expliqué succinctement que : « Nous sommes pleinement conscients de la complexité du conflit entre la Russie et l’Ukraine. Cependant, nous continuons à appeler à un cessez-le-feu immédiat et à une solution pacifique, car c’est finalement ce qui se passera. Le maintien de la crise ne changera rien à ce résultat. Cela ne fera qu’augmenter le nombre de victimes et les conséquences désastreuses en Europe, en Russie ainsi que dans l’économie mondiale ».

En réponse à la pression occidentale exercée sur le Sud pour qu’il soutienne activement l’effort de guerre de l’Ukraine, le ministre indien des affaires étrangères, Subrahmanyam Jaishankar, a été clair : « Alors que le conflit en Ukraine se poursuit, on nous demande souvent de quel côté nous sommes. Et notre réponse est à chaque fois claire : l’Inde est du côté de la paix, et nous resterons fermes. Nous sommes du côté de ceux qui respectent la Charte des Nations unies et ses principes fondamentaux. Nous sommes du côté de ceux qui exigent le dialogue et la diplomatie comme seule issue. »

A la table des négociations

Le ministre congolais des Affaires étrangères, Jean-Claude Gakosso, s’est adressé directement à la Russie et à l’Ukraine en prononçant une partie de son discours en russe, appelant à des négociations de paix : « Depuis le Congrès de Vienne après Waterloo, nous savons que toutes les guerres se terminent à la table des négociations ».

À la fin du débat du 26 septembre, Csaba Korosi, président de l’Assemblée générale, a déclaré dans son discours de clôture que la fin de la guerre en Ukraine était l’un des principaux messages qui « résonnaient dans la salle » lors de l’Assemblée générale de cette année.

Il conviendra au Danemark, avec son nouveau poste au Conseil de sécurité, de montrer une perspective mondiale et de ne pas se contenter de travailler pour les intérêts impérialistes de l’Occident et des États-Unis

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!