Le candidat à la présidentielle de la République démocratique du Congo (RDC), Martin Fayulu, rencontrera Beni et Oicha mardi 28 novembre, neuvième jour de campagne dans la province du Nord-Kivu.

Avant d’atterrir au Nord-Kivu, Martin Fayulu a promis beaucoup pour restaurer une véritable gouvernance de l’État lors de son voyage dans la Province du Grand Oriental, où il est passé par Kisangani, Buta et Isiro.

« Avec l’argent public, nous allons donner du travail aux jeunes, réparer les rues, payer les fonctionnaires et faire les travaux d’électricité… et construire un stade ici chez nous », a-t-il déclaré à ses sympathisants.

Martin Fayulu s’est adressé à la population de Kisangani, qu’il a exhortée à voter en grand nombre, à être vigilants dans les bureaux de vote et, si nécessaire, à invoquer l’article 64 de la Constitution au cas où leurs votes seraient recueillis de force.

Partant de sa campagne depuis son fief de Bandundu dans la province du Kwilu, Martin Fayulu a principalement visité deux villes, à savoir Bandundu Ville et Bagata, où il a passé la deuxième journée. Le président Eside a clairement condamné les excès du régime actuel, mais a néanmoins appelé la population à être juste et à ne pas attaquer les autres candidats qui viendront également à la campagne électorale.

Le candidat de la plateforme Lamuka s’est rendu à Kinshasa, où il a été vu avec les candidats Denis Mukwege et Théodore Ngoy pour soutenir une plainte contre le président de la Commission électorale nationale indépendante (NENI), ainsi que le vice-premier ministre de l’Intérieur Peter Kazadi, qu’ils accusent de le non-respect des lois électorales, notamment dans la publication des listes électorales, mais aussi le fait que 25 policiers n’ont toujours pas été mis à disposition pour protéger chaque candidat à l’élection présidentielle.

Martin Fayulu a six domaines prioritaires dans son programme : l’éducation, l’agriculture, les questions sociales, les infrastructures, l’entrepreneuriat et l’environnement, qu’il souhaite mettre en œuvre notamment en allouant 20 % du budget de l’État au secteur de l’éducation.

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!