Rumangabo n’est qu’un site de pré-cantonnement des éléments de M23. Cette bourgade au Nord de la ville de Goma, abrite certes une grande caserne de l’armée, mais ne servira que de transit aux guérilleros du mouvement rebelle pour rallier le site de cantonnement dans les environs de Kindu, au Maniema.

Les forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) en compagnie de casques bleus onusiens et de la facilitation régionale veilleront à la réussite de toutes ces opérations.

Le Président angolais Joao Lourenço a déjà garanti, urbi et orbi, à la démobilisation du M23. “ Nous pensons qu’il faut rester optimiste et se baser sur le principe que le M23 va respecter ses engagements. (…) l’Angola devrait envoyer un contingent militaire pour assurer la sécurité de la zone du cantonnement une fois que les conditions seront réunies. Nous avons un contingent qui est prêt à être déployé en quelques jours pour assurer la sécurité aux éléments du M23 ”, a déclaré Lourenço à la presse.

Avant d’ajouter, “ Nous avons mis en place un cessez-le-feu. À présent, nous devons cantonner ces forces du M23 et lancer le processus de désarmement et de réintégration de ces citoyens rdcongolais dans la société rdcongolaise ”.

Selon des experts, Rumangabo devrait servir de tamis pour distinguer des éléments M23 rwandais des Congolais.

Pour sa part, Mbusa Nyamwisi voudrait donner un coup d’accélérateur au Programme de Désarmement , Démobilisation, Rélevement Communautaire et Stabilisation (P-DDRCS). Le 15 avril 2023, le ministre d’État en charge de l’Intégration régionale avait convié son coordonateur national, Tambwe Ushindi pour une convergence de vues.

Le ministre d’État, avait déclaré le coordonateur du P-DDRCS, jouit d’une expertise avérée sur les questions de l’est
et qu’il va jouer un rôle important dans la résolution de conflits dans l’est conformément à la vision du chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi.

La représentante de l’Union africaine (UA) en RDC, Michelle Ndiaye, a déjà fait part au minÉtat/Intégration régionale Mbusa Nyamwisi, de la disponibilité de l’UA d’aider la RDC pour la réussite du P-DDRCS.

Un consortium sud-africain, ACK Civils & Corporate Social Responsability, a récemment présenté à Mbusa Nyamwisi des projets de réinsertion au profit des démobilisés.
La RDC veut aussi s’inspirer du modèle botswanais dans le diamant pour non seulement en finir avec les minerais de sang, pactole des groupes armés mais aussi orienter l’exploitation artisanale des groupes armés vers une traçabilité susceptible d’assurer le succès de leur réinsertion sociale.

Le ministre d’État en charge de l’Intégration régionale, Antipas Mbusa Nyamwisi, a pour ce faire, accompagné le Président de la République , Félix Tshisekedi, dans sa visite de l’industrie diamantaire de la ville de Jwaneng, au Botswana.

Il sied aussi de noter cette initiative française d’orienter les futurs démobilisés vers les cultures pérennes dont le cacao. À propos, Mbusa Nyamwisi n’a qu’un leitmotiv : transformer toutes les énergies négatives, ces groupes armés qui champignonnent dans l’est depuis 25 ans, en énergie de développement et de la stabilité.

Wab-infos

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!