Désormais engagé dans la course à la présidentielle de décembre 2023 après sa rupture avec l’union sacrée de la Nation de Félix Tshisekedi, le président du parti politique Ensemble pour la République s’est exprimé sur la situation sécuritaire dans l’Est.

Avec plus de 120 groupes armés locaux et étrangers actifs depuis plus de deux décennies, la région de l’Est de la RDC est dans une situation d’insécurité croissante à la base de la dégradation de la situation humanitaire avec plus de 5 millions de morts et des déplacés internes.

Abordant cette problématique au cours d’une interview qu’il a accordée à Jeune Afrique, l’ancien gouverneur de la province du Katanga s’est dit capable de mettre fin à cette insécurité en seulement six (6) mois après son élection comme président de la République Démocratique du Congo (RDC).

« Lorsque je serai Président de la République, il n’y aura plus de guerre en six mois. Tous les pays voisins vont nous respecter », a affirmé Moïse Katumbi à Jeune Afrique.

Lors de sa sortie médiatique du 16 décembre dernier Moïse Katumbi a ardemment critiqué la politique sécuritaire de Félix Tshisekedi. Il a notamment pointé du doigt « l’inefficacité de l’état de siège », une mesure sécuritaire spéciale instaurée par son désormais ex-allié Félix Tshisekedi, dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu depuis mai 2021. Pour lui, l’état de siège, est un malheur pour les congolais, lequel état de siège a été renouvelé plus de 40 fois.

Moïse Katumbi a expliqué que l’inefficacité de l’état de siège résulte du fait qu’il n’a pas été consulté malgré son appartenance à l’Union sacrée mais également, suite à une mauvaise planification de la matérialisation de cet état de siège.

« L’état de siège a été mal planifié, malgré que j’étais dans l’union sacrée, on a jamais été consulté mais cet état de siège a créé plus de problèmes et je crois que si on a été contacté, si tout était planifié, le gouverneur militaire ne pouvait pas rester à Goma, on allait le mettre dans les territoires où il y a la guerre, comme ça il allait être au front, au lieu de rester dans un bureau climatisé, mais j’espère bientôt les militaires vont tout faire pour chasser le M23 dans notre pays et que nous aurons de bonnes élections », a-t-il déclaré.

S’agissant de l’agression rwandaise sous couvert du mouvement terroriste du M23 dans l’Est, Moïse Katumbi a fustigé le fait que le gouvernement congolais a recouru aux armées étrangères de pays à la base de la déstabilisation de la RDC.

Ainsi, Katumbi a recommandé au gouvernement, dans une déclaration répondant à l’appel à la mobilisation générale lancé par le Chef de l’Etat, d’éviter de recourir aux troupes étrangères dont les gouvernements sont accusés ou soupçonnés de prêter main forte aux rebelles et autres groupes armés.

POLITICO.CD

Via Wab-infos

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!