Le budget 2023 alloué au ministère de l’Agriculture en République démocratique du Congo est passé de 328,3 millions de dollars en 2022 à 759,3 millions de dollars au taux budgétaire annuel moyen de 2021 FC le dollar américain, a appris l’ACP samedi, de source budgétaire.

« Le gouvernement de la République a prévu de dépenser jusqu’à 759,3 millions USD au taux budgétaire annuel moyen de 2021 FC le dollar américain, soit (1.534.657.101 054 FC) en 2023 pour le ministère de l’Agriculture. Ce qui constitue le double du budget prévisionnel de 2022 qui était de 328,3 millions USD, soit 684.650.022.478 de CDF, mais seulement à peine 96 729 374 375 de CDF (46,3 millions USD) ont été réellement dépensés à la fin de l’année, soit un taux d’exécution d’à peine 14% », a-t-on lu dans un document reprenant le budget de l’exercice sous examen.

Agriculture

A l’analyse des rubriques sur l’affectation du budget 2023 du ministère de l’Agriculture l’on observe la ventilation ci-après : « 558.219.113.506 FC pour Investissements sur Transfert aux Provinces et entités territoriales décentralisées (ETD) ; 33.032.036.646 FC pour le fonctionnement du ministère ; 606.363.558.201 de CDF pour les investissements sur les ressources extérieures ; 34.691.834.415 FC pour les investissements sur les ressources propres ; 57.502.139.604 FC pour les rémunérations ; 209.990.964.980 FC pour le fonds de péréquation ».

Il se fait également remarquer que les investissements sur les ressources propres du gouvernement (34.691.834.415 de CDF) dans le secteur agricole représentent quasiment 5% des investissements sur les ressources extérieures (606.363.558.201 FC) des partenaires de la République Démocratique du Congo.

« Pour l’exercice 2023, l’augmentation du budget alloué à l’agriculture est consécutive notamment aussi grâce à l’incorporation pour moitié du budget destiné au Fonds de péréquation pour un montant de 209.990.964.980 FC (103,9 millions USD) et l’autre moitié de ce même montant a été incorporé dans les dépenses du ministère de Développement rural ».

Avec une capacité de 80 millions d’hectares de terres arables, 4 millions de terres irrigables, dont 1% seulement cultivé, la RDC fait face régulièrement à un déficit des certains produits alimentaires de première nécessité à l’instar de la pénurie de maïs qui frappe présentement les espaces Grand Katanga et Grand Kasaï.

Avec une superficie de 2.345.410 km2, le budget national alloué au secteur agricole n’arrive toujours pas à répondre aux besoins du pays, quoi que situé à cheval sur l’équateur dans la région des grands lacs.

Wab-infos

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!