Des affrontements entre les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et une milice dénommée ” Mobondo ” ont été signalés le vendredi et samedi dernier dans les localités de Batshongo et de Mongata, non loin du pont Kwango, dans la province du Kwango, dans l’ouest de la RDC. Ces affrontements auraient fait 11 morts vendredi dont 7 militaires, 2 policiers et 2 civils.

Le ministre provincial de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières du Kwango, Noël N’lumbu Nteba, a fait le point de la situation devant la presse samedi à Kenge, chef-lieu de la province. Les ” Mobondo “, a-t-il dit, sont des miliciens qui ont combattu lors du conflit sanglant entre les communautés Teke et Yaka à Kwamouth, dans la province du Maï-Ndombe. Ils se sont ensuite retranchés à Batshongo au Kwango où ils se sont transformés en voleurs à main armée.

Selon le ministre provincial de l’Intérieur, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est la tentative d’arrestation du chef coutumier et notable de Mongata, un certain Mayala, par les ” Mobondo “.

Ils l’ont poursuivi jusqu’au village Kinzwanga, après le pont Kwango, en réquisitionnant un véhicule. Ne l’ayant pas trouvé, ces assaillants sont retournés à Batshongo. Le commandant du 112ème bataillon de la 11ème Région militaire de Kikwit basé à Kenge, le colonel Bienvenu Kabwe, était parti avec ses hommes pour rétablir l’ordre à Batshongo.

Arrivé sur place, le colonel Kabwe a ordonné des tirs de sommation et ses hommes ont arrêté 3 miliciens ” Mobondo ” dont le président et le vice-président de la milice qui ont été acheminés à Mongata. Les éléments des FARDC ont été attaqués par surprise par les ” Mobondo ” qui sont sortis de partout avec des machettes et des calibres 12.

Ils ont abattu le colonel Bienvenu Kabwe et un capitaine. Ils ont tué au total 11 personnes dont 7 militaires, 2 policiers et 2 civils “, a affirmé le ministre provincial de l’Intérieur. Samedi matin, ces assaillants ont repris leur mouvement à Mongata dans le but de libérer leurs trois camarades arrêtés, a expliqué le ministre provincial Noël N’lumbu Nteba. Un couvre-feu a été décrété à partir vendredi de 20h jusqu’à 6h30 afin de réduire les mouvements de la population et de surveiller les mouvements des ” Mobondo “. La sécurité a été renforcée sur la route nationale n°1 et la situation est sous contrôle.

Le gouverneur de la province du Kwango, Jean-Marie Peti Peti Tamata a sollicité l’intervention de la 11ème région militaire et Batshongo est déjà sous contrôle.” Leur objectif, selon lui, est de couper la route nationale numéro 1 à partir de Kabuba pour entrer en Angola par Kisoma dans le territoire de Popokaba et nous encercler. et leur état- major est à Batshongo. Il faut éviter qu’ils atteignent Kisoma”, a dit le ministre provincial Noël N’lumbu Nteba qui a invité la population à la vigilance.

Le gouvernement provincial du Kwango a présenté ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes qui sont morts sous le drapeau. L’insécurité qui sévit dans la périphérie de la capitale préoccupe le Gouvernement central.

Au cours de la 98ème Réunion du Conseil de Ministres tenue le vendredi 12 mai, le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde a dit avoir présidé, la veille, un conseil de sécurité au terme duquel des mesures appropriées ont été prises, pour restaurer rapidement l’autorité de l’Etat sur l’axe Kinshasa_Grand Bandundu.

Wab-infos

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!