L’influent conseiller privé du Président de la République a été remplacé. Il était l’homme de l’ombre qui était présent dans toutes les négociations sur la paix dans l’Est de la République Démocratique du Congo. Fortunat Biselele était également la principale courroie de transmission entre le pouvoir de Kinshasa et celui de Kigali.

Avant d’être officiellement mis à l’écart, il a été longuement entendu par l’Agence nationale de renseignements (ANR). Celui qui était de toutes les rencontres publiques, et surtout secrètes, dans le cadre du processus de paix dans la région des grands lacs a perdu la confiance du Chef de l’Etat particulièrement dans ce dossier sensible.

C’est Kahumbu Mandungu Bula, jusque-là coordonnateur exécutif du bureau de coordination de suivi et de contrôle du projet de construction du port en eau profonde de Banana, qui a pris sa place.

Toujours dans le même chapitre Serge Tshibangu a été confirmé à la tête du suivi des processus de paix.

Il est nommé Haut Représentant pour le suivi de la feuille de route de Luanda et du processus de Nairobi. Il pilotait déjà le dispositif sans une nomination par ordonnance présidentielle.

Toujours dans le sérail du pouvoir, Taupin Kabongo n’est plus secrétaire particulier du président de la République. Il a été nommé coordonnateur du secrétariat administratif.

Pour sa part, Jean-Claude Kabongo a également été écarté du poste de conseiller spécial du président Félix Tshisekedi.

Plusieurs autres personnes ont été mises de côté, dans plusieurs services.

Selon les sources de la présidence congolaise, Félix Antoine Tshisekedi a aussi sanctionné les proches qui se considéraient comme incontournables ou intouchables et ceux qui s’étaient compromis dans l’affairisme et le trafic d’influence.

Par Gédéon Ngango

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!