L’attaque armée perpétrée ce mardi 28 mars contre la station de la Radio télévision nationale congolaise (RTNC) à Kisangani a coûté la vie à un soldat de l’unité police militaire et a blessé grièvement un autre par les hommes non autrement identifiés. En colère, la population locale a réussi à lyncher l’un d’entre eux.

C’est aux environs de 13h locales que l’attaque a eu lieu. Des sources sur place parlent d’un soldat de l’unité police militaire est mort sur le champ et un autre a été blessé, il est pris en charge aux cliniques universitaires. La population en colère s’est amassée sur le lieu et a réussi à lyncher un des hommes armés.

La police s’est déployée sur le lieu. La station locale de la RTNC est située dans la commune de Makiso, à près de 500 mètres du commandement ville de l’armée.

Dans un contexte où la liberté de la presse est régulièrement bafouée en RDC, il est essentiel que les autorités garantissent la sécurité des journalistes et des médias, ainsi que leur droit à informer librement la population. Le gouvernement doit prendre des mesures pour protéger les journalistes et poursuivre les auteurs de ces attaques.

Il est également important que les médias bénéficient d’un environnement sûr et favorable pour travailler, afin de pouvoir remplir leur rôle de contre-pouvoir et d’informer le public de manière indépendante. Dans ce contexte, il est nécessaire de renforcer la coopération entre les autorités et les médias pour assurer la sécurité des journalistes et promouvoir la liberté de la presse en RDC.

Wab-infos

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!