Au cours d’une conférence de presse samedi à Kinshasa, Moïse Moni Della a exigé la libération sans condition de Salomon Kalonda, conseiller politique de Moise Katumbi, arrêté mardi 30 mai à l’aéroport international de Ndjili par les services de sécurité.

Moïse Moni Della

Selon lui, L’arrestation de l’opposant Salomon Kalonda est « une cabale bien orchestrée par les services militaires et la présidence dans l’intention de nuire sans raisons valables à ce proche de Moïse Katumbi », a affirmé, samedi 3 juin, Moïse Moni Della , président national du parti Conservateurs de la nature et démocrates (CONADE).

Le président du parti CONADE, a aussi indiqué que depuis l’avènement de Félix Tshisekedi à la magistrature suprême, Salomon Kalonda a toujours été traqué par les éléments des services de renseignements militaires :

« Depuis que le président Felix est au pouvoir, Salomon ne fait que subir le martyr. L’arrestation de Salomon a été pensée, planifiée et exécutée. Planifiée par la présidence qui a donné l’ordre qu’on enlève Salomon. Ce n’est pas une arrestation qui a suivi les règles de l’art. Et pour continuer, voyez qu’après 48 heures, il n’est pas déféré devant son juge naturel ».

Par ailleurs, Moïse Moni Della a par cette même occasion, dénoncé une tentative d’agression dont il a, lui-même, été victime, vendredi 2 juin, en sa résidence par des personnes non autrement identifiées.

Des sources judiciaires rapportent que Salomon Idi Kalonda est toujours détenu au cachot de l’Etat-Major des Renseignements militaires (ex-DEMIAP) et que cette détention serait liée au port d’une arme à feu trouvée sur lui. Il y aurait bien d’autres griefs à sa charge, ajoutent les mêmes sources.

Wab-infos

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!