Les analystes du renseignement des Nations Unies ont repéré des mouvements présumés de rebelles du M23 dans certaines parties de l’est du Congo dont ils étaient censés se retirer.

Les conclusions montrent qu’il existe une incertitude persistante quant au statut exact du conflit dans la province du Nord-Kivu et à la situation sur le terrain dans la région de Kibumba, que les rebelles étaient censés avoir quittée le 23 décembre dans le cadre d’un cessez-le-feu négocié par dirigeants régionaux d’Afrique de l’Est.

« Leur retrait total de la zone n’a pas encore été confirmé », a écrit le Joint Mission Analysis Center (JMAC), une unité de renseignement de l’ONU, dans un rapport confidentiel couvrant la période du 26 décembre au 3 janvier, et consulté par Reuters.

« Des mouvements suspects du M23 étaient toujours observés dans la région », a-t-il ajouté.

Le rapport met également en évidence des exemples de M23 s’emparant violemment de nouveaux territoires ailleurs même après avoir participé à la cérémonie de remise de Kibumba aux forces de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) dans ce qu’ils ont appelé un geste de bonne volonté dans le cadre du cessez-le-feu.

« Plusieurs affrontements impliquant le M23 ont été signalés au cours de la semaine, ce qui a conduit le M23 à prendre le contrôle d’autres zones, menaçant notamment Kitchanga, Mweso, Sake, Kilorirwe, Mushaki et Nyamilima, et soulevant de graves préoccupations en matière de PoC (protection des civils) ».

Mercredi, le M23 a démenti les informations selon lesquelles il n’aurait pas quitté Kibumba, affirmant qu’il s’était retiré de ses positions à partir du 23 décembre et qu’il était attaché à l’accord conclu par les dirigeants régionaux en novembre qui visait à voir le M23 se retirer de la région récemment saisie. positions et permettre à des milliers de personnes déplacées de rentrer chez elles.

Au moins 450 000 personnes ont été déplacées l’année dernière lors de la nouvelle offensive du groupe rebelle dirigé par les Tutsi, qui, selon le gouvernement du Congo, les puissances occidentales et un groupe d’experts de l’ONU, est soutenu par le Rwanda voisin.

Le Rwanda nie toute implication dans la résurgence du M23, mais les accusations ont conduit à une crise diplomatique majeure dans la région.

Plus tôt cette semaine, un porte-parole de la force EAC a déclaré à Reuters que le retrait avait été effectif, mais a déclaré que « quelques éléments administratifs non combattants du M23 à la périphérie de Kibumba sont dans la phase finale du retrait ».

Vendredi dernier, la porte-parole présidentielle Tina Salama a déclaré à Reuters que le président Félix Tshisekedi restait attaché à l’accord de cessez-le-feu.

« Nous savons tous qu’ils (le M23) ne se sont pas complètement retirés », a-t-elle déclaré, ajoutant que les rebelles avaient techniquement jusqu’au 15 janvier pour un retrait complet. « Il y aura une réévaluation à ce moment-là. »

Le M23 devait également se retirer de la ville militaire stratégique de Rumangabo ce jeudi, mais mercredi, l’EAC a reporté une cérémonie de passation prévue, affirmant qu’elle évaluait toujours la situation sécuritaire.

Congosynthese
Wab-infos

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!