Les affinités culturelles de longue date des rwandophones dans les Grands Lacs peuvent sembler renforcer les revendications historiques de Kigali sur certaines parties de l’est du Congo, mais c’est plus compliqué qu’il n’y paraît.

Il y a deux semaines, le président rwandais Paul Kagame a donné son point de vue historique sur la frontière qui sépare le Rwanda du Congo, provoqué par la résurgence de la rébellion du M23. « Les frontières qui ont été tracées à l’époque coloniale ont divisé nos pays », a-t-il déclaré. « Une grande partie du Rwanda a été laissée à l’extérieur, dans l’est du Congo, dans le sud-ouest de l’Ouganda, etc. Vous avez des populations dans ces parties d’autres pays qui sont d’origine rwandaise. Mais ce ne sont pas des Rwandais, ce sont des citoyens de ces pays qui ont absorbé ces parties du Rwanda à l’époque coloniale. C’est donc un fait. C’est un fait historique… Et ces personnes ont été privées de leurs droits.

S’il n’y avait aucune revendication territoriale explicite dans sa proposition, elle était interprétée dans les milieux congolais comme une volonté de redessiner les frontières du Rwanda et d’annexer une partie du Congo .

Cette interprétation n’est pas totalement surprenante étant donné une longue histoire de telles revendications territoriales dans les discours publics rwandais remontant au moins à la Première Guerre du Congo en 1996-1998. De plus, elle alimente les craintes congolaises de « balkanisation » : l’idée que le Rwanda (et parfois l’Ouganda) souhaite annexer une partie du territoire congolais afin de profiter de ses ressources naturelles au détriment des Congolais . La bataille sur le terrain au Nord-Kivu se prolonge ainsi comme une bataille de mots, dans laquelle l’histoire est devenue une arme dans des luttes de pouvoir identitaires et géopolitiques.

Alors qu’au Rwanda, ces arguments historiques remontent à la période avant que les colonisateurs allemands et belges ne se partagent la région, au Congo, ces arguments utilisent les revendications impériales ainsi que le principe de l’intangibilité des frontières africaines tel que stipulé par l’Organisation de l’unité africaine en 1964 . L’éminent historien congolais Isidore Ndaywel è Nziem, par exemple, a rétorqué qu’au lieu que le Rwanda ait perdu face au Congo, c’est le contraire qui était vrai : « En ce qui concerne les frontières rwando-congolaises, il n’y a pas d’ambiguïté. Si l’on remonte à la première carte de la région… de 1885, c’est le Congo qui a des terres à reprendre au Rwanda, et non l’inverse, car sur cette carte initiale, la partie occidentale du Rwanda était congolaise » .

Pourtant, ce sont précisément ces cartes – il y en avait trois – qui ont causé l’ambiguïté. Ils avaient été dessinés par des Européens qui n’avaient connaissance d’un lac qu’à un endroit approximatif ; aucun Européen n’avait mis les pieds dans la région du Kivu avant 1894.

La première carte, réalisée par les Allemands en 1884, dans le cadre de la conférence de Berlin affirmait que la frontière était en fait située sur ce qui est aujourd’hui le territoire congolais. L’une des autres cartes divisait le Rwanda presque en deux pour l’ajouter à l’ État indépendant du Congo. C’est l’existence de ces différentes cartes qui a conduit à des désaccords entre les puissances européennes provoquant ainsi le conflit frontalier du Kivu entre l’Allemagne et l’Etat Indépendant du Congo et, à partir de 1908, la Belgique. Ce n’est qu’en 1910 que les puissances européennes se sont mises d’accord et sur le terrain la frontière n’a été délimitée qu’en 1911.

Mon argument ici n’est pas que les frontières actuelles doivent être redessinées, ni que je sache où la «bonne» frontière aurait pu ou dû être – le problème est plus avec ce que ces frontières ont fait et font , que avec où elles ont été tracées. Cela ne m’intéresse pas non plus d’essayer d’expliquer si tel endroit était « rwandais » ou « congolais » à un moment donné. Comme je le soutiens dans mon livre à paraître, il est impossible de répondre à cette question : non seulement le « Congo » n’a vu le jour en tant qu’entité politique qu’à la suite de cette création coloniale de frontières ; nous devons également être clairs sur ce que nous voulons dire lorsque nous disons ‘Rwanda’, et comment nous le définissons.

« Chaque fait historique est ouvert à de multiples interprétations »

En effet, le « Rwanda » a existé en tant que royaume pendant plus de cent ans avant la colonisation. Cependant, il serait faux de penser que nous pouvons comprendre ce qu’il était alors en le regardant maintenant. Ce que « Rwanda » signifiait n’a jamais été statique : en termes d’identité, de géographie et de structure politique, il a considérablement varié au fil du temps. Les débats actuels sur cette frontière sont politiques. Chaque « fait » historique est ouvert à de multiples interprétations, et ces interprétations sont une manifestation d’autres tensions politiques. Il ne peut donc probablement jamais y avoir de fin – une interprétation historique finale, « vraie » – qui mette fin au débat sur la frontière.

Contrairement à une grande partie de la croyance populaire au Congo, les personnes parlant le kinyarwanda – ceux que nous appellerions aujourd’hui « hutu » ainsi que « tutsi » – vivaient à l’intérieur des frontières de ce qui est aujourd’hui le Congo, bien avant que les Européens ne décident de se diviser le continent entre eux en 1885. A Rutshuru par exemple, ils avaient leur propre terre – souvent marquée par le ficus de leurs ancêtres -, leurs propres formes d’organisation socio-politique, et leurs propres leaders – ‘Hutu’ aussi bien que ‘Tutsi’, selon sur la localité. Au Sud-Kivu aussi, ils étaient présents. Aujourd’hui, selon la loi congolaise, ils sont congolais – mais certains politiciens congolais mettent en doute leur citoyenneté, et de nombreux Congolais la contestent.

Mais ces lieux et communautés pourraient-ils donc être considérés comme « rwandais » ? Sur ce point, cela dépend de qui vous auriez demandé. Il y avait plus d’une réponse possible à cette question à l’époque, et cette réponse dépendait du contexte et de ce que vous entendez exactement par « Rwandais ». L’historien rwandais Emmanuel Ntezimana, par exemple, a distingué « être rwandais » culturellement [ ikinyarwanda ] – une communauté culturelle – des « faits politiques et événements militaires » – « être rwandais » politiquement. Dans l’État-nation rwandais actuel, ces deux coïncident en effet, mais cela n’a pas toujours été le cas. Tous les locuteurs du kinyarwanda n’ont pas toujours été inclus dans le royaume rwandais. Tous ceux qui sont liés ou inclus dans le royaume rwandais n’ont pas non plus toujours été nécessairement de culture rwandaise – ils avaient souvent des origines ailleurs.

De nombreux clans de Bugoyi, par exemple, autour de ce qu’on appelle aujourd’hui Rubavu au Rwanda, – juste de l’autre côté de la frontière avec Goma – ont revendiqué leur descendance à Gishari, dans les montagnes du territoire de Masisi en RDC . Aujourd’hui, nous appellerions probablement ces gens « Hunde » et personne ne met en doute la « congolaisité » du peuple hunde. Les dirigeants du petit royaume de Bukunzi – Mbirizi – dans l’actuel district de Rusizi au Rwanda, ont revendiqué leurs origines à Bushi, dans le Sud- Kivu de la RDC.Même jusqu’au début du XXe siècle, de nombreuses communautés aujourd’hui dans les zones frontalières du Rwanda défendaient une certaine indépendance vis-à-vis du royaume. Et, pour de nombreuses personnes dans l’ouest du Rwanda, l’identité nationale « rwandaise » n’aurait jamais été la seule ni la plus importante étiquette avec laquelle les gens s’identifiaient au XIXe siècle. Pour beaucoup, c’étaient les identités régionales et/ou claniques qui étaient les plus importantes.

Alors que certains voudraient présenter cette défense de l’indépendance politique comme un clivage Tutsi/Hutu, ils se trompent. Le meilleur exemple en est une partie du groupe que nous appelons aujourd’hui les Banyamulenge : majoritairement d’origine « Tutsi », ils ont fui la violence de l’Etat rwandais. À l’époque, ils étaient « culturellement » rwandais oui, mais politiquement ils voulaient être indépendants. « Rwandais » dans un sens, donc, mais pas dans l’autre lorsqu’ils se sont déplacés ; et aujourd’hui congolais. D’où l’incongruité de projeter les identités et nationalités actuelles dans le passé alors que les significations de ces étiquettes étaient fondamentalement différentes ou contestées à l’époque.

Quelques vérités précoloniales qui dérangent

Une autre manière dont l’histoire est parfois utilisée pour exprimer des aspirations territoriales au sein du Rwanda est de se référer à ses prouesses militaires. Pour cela, il est pertinent de remonter aux trois dernières décennies du XIXe siècle, sous le règne du mwami Rwabugiri (r. 1867-1895), l’un des bami les plus tristement célèbres du Rwanda . C’est également sous son règne que la partie occidentale de ce qui est aujourd’hui le Rwanda s’est beaucoup plus fermement intégrée au royaume rwandais. Rwabugiri est également connu des riverains des rives ouest et est, en raison de ses campagnes militaires. Sur les rives occidentales – le Congo actuel – la plupart d’entre eux n’ont pasentraîner une occupation de longue durée. Pour Bushi et Idjwi par exemple, nous savons que la plupart des Rwandais associés à ces campagnes militaires étaient partis – avaient été chassés – avant même que les Européens n’occupent la région .

Pour ce qui est aujourd’hui Rutshuru (RDC) en revanche, on sait que des tentatives d’occupation territoriale plus réussies avaient été entreprises : Rwabugiri avait construit des tribunaux en plusieurs endroits de la zone – même un dans l’actuel camp militaire de Rumangabo par exemple. Là, il s’appuyait sur les gouvernants locaux « Hutu » comme « Tutsi » pour prélever des impôts, et ces gouvernants écoutaient ses ordres « à distance », entretenaient des liens, tout en gardant une position relativement autonome. Et à d’autres égards, la société de Rutshuru différait de celle du cœur du royaume rwandais.

La question fondamentale n’est pas ou ne devrait pas être de savoir si ces événements ont eu lieu, mais commentelles sont racontées aujourd’hui et les significations qui leur sont attribuées.

Au Rwanda, ces histoires sont souvent des interprétations triomphales de la puissance et de la puissance du royaume rwandais. Mais ils omettent les contestations de ce pouvoir au sein de ces zones sous contrôle (in)direct. Ils omettent également que cela ne signifiait pas que parce que certaines de ces principautés avaient accepté des alliances et/ou des délégués du royaume rwandais, que toutes les terres et tous les peuples entre ces îles de contrôle (in)direct avaient accepté la suzeraineté rwandaise. La résistance s’est poursuivie jusqu’au tournant du XXe siècle. La résistance rassemblée autour des cultes Nyabingi dans la région qui forme aujourd’hui le triangle frontalier Rwanda, Congo et Ouganda visait non seulement le colonialisme européen mais aussi (les délégués du) royaume rwandais. Caravanes rendant hommage aux Rwandaisles mwami étaient souvent attaqués un acte politique.

Les frontières coloniales sont un héritage tangible du système violent, raciste et extractif qu’était le colonialisme. Ils ont rendu les identités ethniques et nationales plus rigides et exclusives. De plus, le colonialisme belge a contribué à façonner la perception des locuteurs du kinyarwanda, et en particulier des Tutsi, en tant qu’« immigrés éternels » au Congo .. Mais il y a une raison pour laquelle l’Organisation de l’Union Africaine a décidé en 1964 de l’intangibilité des frontières africaines. Aujourd’hui, il n’y a pas d’arguments historiques simples qui puissent justifier que la frontière rwando-congolaise soit redessinée. Qui pouvait gouverner où, et sur quelle base cette autorité était fondée, était déjà contestée à l’époque, et pas seulement maintenant.

C’est une question politique et non historique. Le concept d’être «congolais» n’existait pas au moment où ces frontières ont été tracées. Le concept d’être « rwandais » existait, mais ne signifiait pas nécessairement la même chose, ou ne signifiait pas la même chose partout dans ces régions aujourd’hui revendiquées et/ou considérées comme « rwandaises ». Argumenter sur « qui appartient où » aujourd’hui en projetant ces identités contemporaines dans le passé avant que les frontières ne soient délimitées n’a guère de sens.

Wab-infos

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!