Au moins 191 cas de violation des droits de l’homme ont été documentés en ville et territoire de Beni au Nord-Kivu (Est de la République Démocratique du Congo), du 1er au 28 février 2011. La nouvelle est contenue dans un rapport mensuel de l’ONG “forum de paix de Beni”, rendu public vendredi 05 Mars 2021.

D’après cette structure de défense des droits de l’homme, il y a eu 105 personnes massacrées, 34 cas d’enlèvement des civils dont 13 avaient
obtenu la libération, 12 cas d’incendies des maisons d’habitation et de commerce, 12 cas des vols à mains armées, 9 cas d’assassinats, 8 cas d’embuscades tendues contre les véhicules et motos des passagers, 4 cas de menace de
mort, 3 cas des violences sexuelles, 3 cas de la justice populaire et 1 cas d’arrestation arbitraire.

Outre ces cas de violation des droits humains, des cas de tracasserie militaire à la barrière du PK 5 à Paida et au pont Semuliki, sur l’axe routier Beni-Kasindi sont signalés où les motocyclistes sont contraints de payer 200 francs congolais pour obtenir le passage, chose qui préoccupe le forum de paix de Beni.

“Le Forum de Paix de Beni estime que ces violations des droits humains, essentiellement les massacres, sont dus à l’activisme de rebelles ADF dans la zone, à la minimisation des alertes par les services de sécurités et de
renseignement, au relâchement des opérations contre l’ADF, à la démotivation des militaires aux fronts suite aux détournements en cascade de leurs soldes et à une faible prise en charge de leurs dépendants, à l’impulsion de plusieurs officiers supérieurs dans la zone opérationnelle, semant une confusion dans la coordination, à l’existence de 30 pistes poreuses à la frontière avec l’Ouganda voisin”, peut-on lire dans ce communiqué.

Et d’ajouter :

“Le forum de paix de Beni demande au commandant chef d’état-major général de l’armée de relever toutes les unités et leurs commandants, car ayant servi depuis des années à Beni, et méritent un repos psychologique vu le lourd travail auquel ils ont été soumis contre l’ADF dont la nuisance prend de l’ambleur.
Au bureau de l’Assemblée Nationale de faire une pression au chef de l’Etat, pour que la question des massacres soit une priorité de toutes les autres dans le prochain gouvernement”.

Il faut le dire, la situation sécuritaire reste volatile dans la majeure partie des territoires de Beni au Nord-Kivu et Irumu dans la province de l’Ituri, caractérisée par la tuerie de civils par les rebelles ougandais de forces démocratiques alliées (ADF). Dans moins se dix jours, le centre d’étude pour la promotion de la paix, la démocratie et les droits de l’homme (CEPADHO), dit avoir documenté au moins 45 civils tués par ces assaillants dans ces parties du pays.

Alexis Kasongo


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici