Lors de la sixième audience de son procès, vendredi 12 mars, l’opposant a estimé qu’il ne bénéficie pas d’un procès équitable et refuse donc de continuer à y participer.

Une fois de plus, la Cour a rejeté les objections soulevées par les avocats de Paul Rusesabagina. Ils avaient demandé un délai de six mois supplémentaires pour préparer sa défense et examiner ce dossier, selon eux, particulièrement complexe, étant donné que l’opposant comparaît aux côtés d’une vingtaine d’autres accusés de terrorisme.

« Mon droit à un procès équitable n’est pas respecté. Je ne m’attends à aucune espèce de justice de la part de cette Cour », a rétorqué Paul Rusesabagina, ajoutant qu’il n’assisterait plus aux audiences.

La journée du vendredi 12 mars a également été marquée par de nouvelles accusations de la part de Callixte Nsabimana, ancien porte-parole du groupe armé FLN, également sur le banc des accusés.

Devant les juges, il a expliqué que Paul Rusesabagina était un des financiers de ce groupe rebelle, formé en 2018, qui a, depuis, revendiqué plusieurs attaques dans le sud du Rwanda. Selon lui, Paul Rusesabagina aurait personnellement envoyé 190 000 dollars à des généraux du FLN.


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

Réagir sur cet article