Le prochain président de la Confédération Africaine de Football (CAF) ne pourra exercer cette fonction qu’au maximum pendant 12 ans. Soit trois  mandats de quatre ans. C’est ce qu’a confirmé lundi Junior Binyam, porte –parole de l’instance continentale de gestion du sport-roi.

Cette mesure prendra effet dès la prochaine élection à la présidence de l’institution, en 2017. Mais, elle n’est pas rétroactive. L’actuel président Issa Hayatou, favori à sa propre succession peut encore briguer le poste pour 12 ans. A 70 ans révolus, le Camerounais est en charge de cette fonction depuis 28 ans. Grand favori à sa succession, il peut donc théoriquement briguer trois autres mandats de quatre ans et rester en place jusqu’à 82 ans.

Hayatou avait succédé en 1988 à la présidence de la CAF à l’Ethiopien Yidnekatchew Tessema. Ce dernier avait présidé la confédération Africaine 16 ans durant. Ainsi, depuis 1972, l’institution n’a connu que deux présidents. Cette mesure adoptée s’appliquera aussi aux membres du comité exécutif. Elle permet à la CAF de s’aligner sur les nouveaux statuts en vigueur à la Fédération Internationale de Football Association.

Etant donné que les status des associations nationales s’alignent derrière ceux de la  Fédération Internationale de Football Association (FIFA), il va de soi que les fédérations n’octroient plus, à partir de 2017, que trois mandats maximum de quatre ans respectifs.


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE