Nommé lundi par le secrétaire général Antonio Guterres au poste de nouvel émissaire de l’ONU pour le Mali, où “El-Ghassim Wane” dirigera l’une des plus importantes opérations de la paix de l’Organisation, ont annoncé les Nations unies.

Au cours de sa carrière, El-Ghassim Wane a déjà occupé des postes au sein d’organisations internationales, notamment à l’Union africaine de 2009 à 2015, puis de 2017 à 2019, et au Département des opérations de la paix de l’ONU de 2016 à 2017.

Pour le compte de l’ONU, il a réalisé ces derniers mois à la tête d’une équipe un examen stratégique indépendant de l’opération de paix menée par l’ONU au Soudan du Sud, l’une des plus coûteuses menées par l’Organisation dans le monde, recommandant de la réduire sans avoir été suivi sur ce sujet par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Connu pour sa loyauté envers l’Union africaine, El-Ghassim Wane succède à l’ancien ministre des Affaires étrangères du Tchad Mahamat Saleh Annadif, qui pourrait prendre la direction du bureau de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, basé à Dakar.

La force de paix de l’ONU au Mali, la Minusma, compte environ 14.500 militaires et policiers déployés dans le pays. Sous l’administration de Donald Trump, les Etats-Unis ont souvent reproché à cette mission, dont le mandat annuel est renouvelable en juin, de ne pas être l’outil adéquat dans la crise malienne, allant jusqu’à réclamer sa reconfiguration.

Au cours des derniers mois, un autre nom avait été évoqué pour diriger la Minusma, celui de l’Américain David Gressly jusqu’à récemment numéro deux de la mission onusienne déployée en République démocratique du Congo.



Par Gédéon Ngango


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

Réagir sur cet article