Action des jeunes pour le bien-être social en sigle « AJBS » en tant qu’ONG sentinelle de droit de l’homme est consternée par la situation carcérale de nos compatriotes de la prison centrale de Lisala dans le chef-lieu de la province de la Mongala et vous en remercie.

Construite en 1922, la prison centrale de Lisala se trouve dans un état de délabrement grave, cela nécessite une réhabilitation totale. Ceci étant, comme nous l’avons décrié tout haut, les compatriotes qui s’y trouvent, vivent dans la promiscuité animale, entassés dans une cellule. Cela peut se faire voir ou constater de la manière selon laquelle : ces prisonniers et détenus dorment à même le sol, sans nattes, nu matelas moins encore les couvertures : ne mangent presque pas et cela pour cause principale le gouvernement central qui n’envoie pas les fonds il y a de cela plus de six mois pour la prise en charge de ceux-ci. Autre aspect capital est celui de manque d’eau potable dans la prison ce qui est inadmissible et inconcevable en ce moment ultime ou le pays fait face à l’ennemi invisible qui est le COVID-19, les installations hygiéniques bouchées suite à la pénurie d’eau dans la prison, carence des matériels et médicaments pour la prise en charge normale des prisonniers et détenus malades.

Par ailleurs, la prison c’est un centre de rééducation mais pas un enfer, nos compatriotes ont perdu rien que leur droit de liberté et ils doivent jouir d’autres droit autre que, la liberté que la Constitution de la République leur garantie. Car, Action des jeunes pour le bien-être social observe avec prosternation que la prison centrale de Lisala ne constitue pas une préoccupation des gouvernants quelques soit au niveau national que provincial, c’est ainsi qu’Action des jeunes pour le bien-être social s’oblige à interpeller les autorités concernées apprendre chacune selon son degré d’intervention des dispositions idoines tendant à la prise en charge meilleure de la prison centrale de Lisala dont le bâtiment est en ruine, car dit-on, c’est la justice qui élève une nation et la prison doit être considérée comme le corollaire d’une justice meilleure.

Roger NZUMBU MOSENGE, Président National.


Cet article vous a-t-il été utile? Partagez aussi avec vos proches.
N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽


AUTRES NEWS SUR LE SITE

Réagir sur cet article