Le commandant de la Police Nationale Congolaise commissariat urbain de Beni, le commissaire supérieur Principal Kahuma Sébastien accuse les animateurs de la petite territoriale récemment nommés par le Chef de l’État d’être à la base de l’insécurité dans la ville de Beni au Nord-Kivu.

Dans un entretien avec la presse ce mardi 07 juin 2023, ce haut cadre de la police a indiqué que l’insécurité qui sevit à ce jour dans la ville est orchestrée par ces nouvelles autorités administratives nommées pour inciter le Chef de l’État à procéder à la levée de l’état de siège afin qu’ils accèdent à leurs nouvelles fonctions.

Beni

« Ce n’est pas la police qui est à la base de l’insécurité, ça ne commence pas aujourd’hui. Ce sont des mains noires des politiciens et des gens qui étaient nommés par le Chef de l’État pour être des maires et des bourgmestres qui sont en train d’inciter la population à la désobéissance civile de faire ces actes là, qui créent le sabotage pour dire non à l’état de siège afin qu’ils accèdent à leurs nouvelles fonctions et pour cela on ne peut pas aller à 4 chemins. Ils savent ce qu’ils sont en train de faire » a-t-il indiqué.

Au sujet des révélations selon lesquelles ceux qui opèrent sont issus des services de sécurité, notre source rappelle que les uniformes avec lesquelles opèrent les bandits armés n’ont rien avoir avec la police.

« Vous êtes sans ignorer que ça c’est une zone opérationnelle. Il y a des inciviques et des personnes de tout genre. Les tenues qui sont ici de gauche à droite qu’on vole partout et les gens qu’on tuent, qui sera en mesure de déterminer que c’est tel ou tel autre » a-t-il répliqué en indiquant que ces actes de sabotage visent à negativiser l’état de siège.

Il a par ailleurs indiqué que la population est partie prennente dans la recherche de la paix.

« On va restaurer la paix et la quiétude comment pendant que vous mêmes population avec vos soient disant élus, vous ne voulez pas que nous puissions restaurer la paix et la quiétude tout ce qu’on est en train de faire ce sont des actes de sabotage contre l’état de siège pour qu’eux puissent s’installer » renchérit le commandant de la PNC en ville de Beni.

En l’espace de 5 jours, 3 personnes ont été assassinées dans différentes circonstances en ville de Beni par des bandits armés. Certains habitants indexent les éléments de la police d’être à la base de cette situation, une accusation que rejette le commandant urbain de la PNC.

Wab-infos


Abonnez-vous à Wab-infos

Ne manquez plus aucune actualité instantanée !
Abonnez-vous avec votre email 📨 et rejoignez notre incroyable
communauté de 2 500 000 abonnés.

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!