Le mouvement terroriste M23 a annulé sa démarche de désengagement après que le président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi, a annoncé qu’il n’entamerait jamais de pourparlers avec eux.

Selon certaines langues, le chef de l’État Félix Tshisekedi reste ferme vu l’appui des prestataires militaires privés. Dans sa lettre de démission, le général Kenyan Jeff Nyagah a dénoncé les roles « mercenaires » de Félix Tshisekedi qui l’ont mis sur écoute, ont fait voler des drones au dessus de sa résidence et qui finalement ont voulu l’arrêter lui et ses hommes.

Par conséquent, le Rwanda s’inquiète de ce qu’elle appelle les Wagner de Félix Tshisekedi. Ces prestataires privés bulgares, roumains et Georgiens venus à Goma pour soutenir l’armée congolaise contre le M23. La stratégie des militaires privés a payé avec la fuite du général Kenyan Jeff Nyagah selon Kinshasa.

Les chancelleries occidentales et les Nations unies ont également été alertées d’un projet entre Kinshasa et Abu Dhabi pour recruter des militaires privés afin de les déployer dans les zones de combat contre les groupes armés et en particulier le M23.

Fin mars, l’ambassade américaine à Kinshasa assurait ainsi à la source  » avoir pris connaissance d’informations selon lesquelles le gouvernement de la RDC aurait signé un contrat avec la société privée Academi pour la fourniture de services de protection « .

L’entreprise en question, spécialisée dans la sécurité privée et plus connue sous son ancienne dénomination de Blackwater, a été fondée par l’Américain Erik Prince, qui l’a quittée il y a près de treize ans. Rachetée en 2014 par l’américain Triple Canopy et placée sous la bannière de Constellis Group, Academi n’a pas donné suite aux d’Africa Intelligence.

Le rapprochement avec MBZ amorcé par le chef de l’État Félix Tshisekedi est suivi de près par la communauté diplomatique, qui s’interroge surtout sur le volet militaire de leur partenariat. Celui-ci est d’ores et déjà effectif Abu Dhabi a fait don en octobre 2021 d’une trentaine de véhicules blindés à la RDC mais ses contours et son ampleur demeurent incertains.

Selon les informations d’un média en ligne, un avion-cargo aurait atterri dans la journée, du mardi 2 mai, à N’Djili, avec à son bord du matériel militaire. Sa destination finale serait Kisangani. L’appareil a été affrété auprès de la société émiratie de fret aérien Maximus Air Cargo, qui s’est fait une spécialité du transport d’équipement militaire.

La société Academi bientôt en République Démocratique du Congo ?
L’information sur l’arrivée éventuelle de nouveaux militaires privés en plus des anciens de la Légion étrangère française déployés sous le commandement du Roumain Horatiu Potra a fait le tour des diplomates et des agents onusiens.

Ainsi, dans une note confidentielle datée du 17 avril, le Joint Mission Analysis Center (JMAC), la cellule d’analyse et de renseignement de la mission onusienne en RDC (Monusco), faisait part de  » possibles plans pour le déploiement d’entreprises militaires privées colombiennes  » . Et de mentionner l’hypothèse d’un recrutement à court ou moyen terme de militaires privés colombiens par le biais de structures liées au pouvoir aux Emirats de même qu’à des sociétés sud-africaines.

Si l’identité du contractor demeure pour l’heure mystérieuse, une source au sommet de l’Etat congolais confirme qu’il s’agit bien d’Academi. En revanche, le projet aurait été mis en suspens compte tenu de critiques et de craintes en interne conjuguées à une pression exercée à ce sujet par certaines chancelleries.

Notons que les Prestataires privés ou mercenaires colombiens opèrent déjà en Ukraine. ils sont une trentaine dans ce bataillon. Soit un soldat sur dix.

Wab-infos


Abonnez-vous à Wab-infos

Ne manquez plus aucune actualité instantanée !
Abonnez-vous avec votre email 📨 et rejoignez notre incroyable
communauté de 2 500 000 abonnés.

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!