La question du dialogue entre le gouvernement congolais et le Rwanda sur la situation sécuritaire à l’Est de la République démocratique du Congo n’est pas à l’ordre du jour du côté Kinshasa, mais reste favorable à une condition.

Christophe Mboso

Christophe Mboso, président de l’Assemblée nationale dit oui au dialogue avec le Rwanda, mais à condition que ce dernier se retire et retire ses éléments du M23 du sol congolais. Il l’a exprimé ce mercredi 16 mars 2023 lors de l’ouverture de la session de mars à l’assemblée nationale.

« Tout en réaffirmant son ferme attachement au dialogue, la RDC n’entend s’engager dans un processus de ce genre que si l’agresseur occupant rwandais retire ses troupes et ses exécutants du M23 de notre territoire », a précisé le président de la chambre basse du parlement.

Il indique que procéder autrement serait légitimer l’agression et l’occupation, les massacres, les tueries, les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité ainsi que toutes les autres indicibles souffrances infligées au peuple congolais.

« Qu’il soit bien entendu que l’attachement de la RDC aux vertus du dialogue ne constitue ni un signe de faiblesse, ni un acte de lâcheté, mais plutôt une attitude responsable justifiée par le souci d’éviter l’embrasement de toute la région d’Afrique centrale. », a éclairé Mboso.

Il faut signaler que lors de son passage à Kinshasa, la délégation du Conseil de sécurité de l’ONU avait appelé le gouvernement congolais à dialoguer avec le Rwanda et ses supplétifs du M23 pour le retour de la paix dans la partie Est.

Wab-infos


Abonnez-vous à Wab-infos

Ne manquez plus aucune actualité instantanée !
Abonnez-vous avec votre email 📨 et rejoignez notre incroyable
communauté de 2 500 000 abonnés.

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!