Les Chefs d’Etat réunis à la 36ème session de l’Union Africaine à Addis-Abeba ont avalisé un chronogramme contraignant le M23 à se retirer des territoires occupés en République démocratique du Congo, a rapporté samedi, le vice-Premier ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula.

« Les chefs d’Etat ont avalisé un chronogramme précis qui s’articule autour de 3 phases contraignant les terroristes du M23 à se retirer des localités sous leur contrôle », a affirmé le vice-Premier ministre Lutundula au cours du briefing du gouvernement co-animé avec Patrick Muyaya, ministre de la Communication et médias.

« En effet, à l’unanimité, les Chefs d’Etat ont noté que la Feuille de route de Luanda n’a jamais été appliquée par le M23, à cause du soutien du Rwanda. Ils ont avalisé le nouveau plan de désengagement du M23 élaboré par les chefs d’état- majors de l’EAC et ceux de la force régionale », a-t-il relevé.

D’après les différentes étapes de ce plan de désengagement, tel que dévoilé par le chef de la diplomatie congolaise, la première phase, qui concerne le retrait du M23 de Kibumba, Karega, Kitchanga, etc, doit être exécutée le 28 février 2023.

La seconde phase (du 13 au 20 mars 2023), concerne son retrait de Rumangabo, Kishishe, Kazahoro, Mambenga, etc, tandis que la troisième (du 21 au 30 mars), l’oblige à quitter Rutshuru, Kiwandja et Bunagana.

« Le recours à la force sera engagé en cas de non application de ces résolutions. Ensuite, va suivre le cantonnement et la mise en application du programme de désarmement, démobilisation et de réinsertion sociale », a souligné Christophe Lutundula.

A cet effet, a-t-il dit, le président angolais, Joao Lourenço, médiateur désigné de l’UA en collaboration avec l’ancien Chef de l’Etat kenyan, Uhuru Kenyatta, facilitateur de l’EAC ont été chargés de contacter le commandement du M23 pour leur notifier les résolutions arrêtées par l’Union africaine lors de sa 36ème session. En outre, les Chefs d’Etat se sont convenus de la mise en place d’un cadre de suivi et de vérification du retrait de M23 sous la supervision du Président burundais, Evariste Ndahishimiye.

Grande victoire diplomatique

Par ailleurs, a noté le vice-Premier ministre Christophe Lutundula, la participation congolaise à ces assises sous la conduite du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, a récolté une grande victoire diplomatique avec d’une part, la désignation de la RDC comme membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU en 2024, représentant l’Afrique centrale et, d’autre part, l’élection d’un Congolais, le Dr Jean Kaseya comme directeur général du Centre africain pour la surveillance et la prévention des maladies (CDC).

Wab-infos


Abonnez-vous à Wab-infos

Ne manquez plus aucune actualité instantanée !
Abonnez-vous avec votre email 📨 et rejoignez notre incroyable
communauté de 2 500 000 abonnés.

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!