L’administration Biden se prépare à ce que la guerre en Ukraine se transforme en un conflit gelé similaire à la situation dans la péninsule coréenne, a rapporté jeudi le site d’information en ligne.

Un conflit est gelé lorsqu’il y a une cessation des combats sans qu’aucun traité de paix ne soit signé par les belligérants créant un environnement d’insécurité et d’instabilité. Les hostilités peuvent recommencer à tout moment. Comme c’est le cas en Corée.

Et il faut le souligner un « conflit gelé» qui impliquerait que l’OTAN continue d’armer Kyiv ne serait pas acceptable pour Moscou.

Il se pourrait bien, à mon avis, que cela ait été discuté lors de la réunion du G7 à Hiroshima à laquelle participait le président ukrainien Zélenski. Reste à trouver où tracer les lignes de cesser-le-feu acceptables par les deux belligérants. Tout un défi.

Gel du conflit : pas question pour Kyiv

L’Ukraine est définitivement opposée à toute proposition qui impliquerait la perte de ses territoires ou le gel du conflit. C’est ce que les Ukrainiens ont dit à l’envoyé spécial chinois Li Hui qui a rencontré le président Zelensky il y a quelques jours pour discuter de la possibilité de pourparlers de paix.

Kiev veut que la Russie se retire de tous les territoires ukrainiens qu’elle a capturés depuis le lancement de l’invasion l’année dernière et de la Crimée. De son côté, Poutine veut que tout accord de paix reconnaisse les territoires ukrainiens qu’il a annexés comme russes.

D’ailleurs les analystes du Pentagone ne s’attendent pas à ce que l’Ukraine regagne ses territoires perdus dans sa contre-offensive imminente, selon POLITICO.

Les États-Unis sont quand même déterminés à soutenir Kyiv à long terme. Comme l’indique la décision d’autoriser leurs alliés à fournir à l’Ukraine des avions F-16 de fabrication américaine.

Les membres de l’OTAN veulent que l’Ukraine vive en osmose avec l’organisation sans en devenir membre à part entière. L’OTAN veillerait à ce que les armes de l’Ukraine soient compatibles avec celles de l’alliance et ses armées mèneraient des manœuvres militaires conjointes avec les troupes ukrainiennes.

Les plans secrets de l’OTAN

Et pour la première fois depuis la guerre froide et l’effondrement de l’Union soviétique, l’OTAN élabore des plans pour mener une guerre contre la Russie.

L’agence Reuters rapporte que lors du prochain sommet de l’OTAN à Vilnius en Lituanie en juillet, les dirigeants de l’alliance vont approuver des plans militaires secrets qui détailleront comment répondre à une attaque russe.

Ils seront complètement différents de ceux élaborés pendant la guerre froide. Depuis, la dissolution de l’Union soviétique et du Pacte de Varsovie, l’OTAN est passée de 16 à 31 membres.

L’alliance s’apprête à renforcer sa présence sur son flanc oriental, une décision que les Russes considèrent comme menaçante. L’OTAN y a récemment acquis un avantage géostratégique important. Son plus récent membre, la Finlande, partage une frontière de 1,300 km avec la Russie, ce qui complique la défense de son territoire.

Dans ce nouvel environnement, on voit mal comment les Russes dans leurs plans opérationnels pourraient ne pas envisager le recours d’armes nucléaires tactiques. Ils menacent déjà régulièrement de le faire dans le conflit actuel.

Wab-infos


Abonnez-vous à Wab-infos

Ne manquez plus aucune actualité instantanée !
Abonnez-vous avec votre email 📨 et rejoignez notre incroyable
communauté de 2 500 000 abonnés.

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!