Un chef de milice nommé « Evoloko », membre du groupe Mobondo et accusé de meurtre, égorgement, violence volontaire et pillage, a été arrêté la semaine dernière dans le village de Mpwimba, dans le territoire de Kwamouth. Il a été transféré à Kinshasa mercredi pour répondre de ses actes, après que des assaillants armés ont menacé d’attaquer la commune rurale de Kwamouth pour tenter de le libérer.

Son arrestation a suscité la colère des autres membres de la milice. Depuis le début des atrocités à Kwamouth, plusieurs assaillants ont été arrêtés et d’autres se sont rendus à la délégation des chefs coutumiers membres de la commission de pacification mise en place par le gouvernement central.

Des audiences se poursuivent dans les tribunaux militaires garnison de Bandundu, Bagata et Maï Ndombe, où 15 assaillants ont été condamnés à la peine de mort et au paiement de 12 000 dollars à chacune de 13 parties civiles pour des actes de terrorisme, de pillage et de participation à un mouvement insurrectionnel.

Certains assaillants ont témoigné avoir adhéré au groupe Mobondo dans un « temple diabolique » implanté dans le village de Mibe, dans la ferme 7 sur la RN 17, tandis que d’autres venaient des villages Salongo, Mbomo et Fie.

Wab-infos

Avec Actualite.CD

Abonnez-vous à Wab-infos

Ne manquez plus aucune actualité instantanée !
Abonnez-vous avec votre email 📨 et rejoignez notre incroyable
communauté de 2 500 000 abonnés.

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!