Les données publiées par la Banque centrale du Kenya dans le rapport de supervision annuel révèlent que les prêteurs kenyans présents dans la région de l’Afrique de l’Est ont enregistré un bénéfice brut cumulé de 32,5 milliards de shillings l’année dernière.

Les bénéfices records représentent une croissance de 88% par rapport aux 17,2 milliards de shillings comptabilisés l’année précédente. Mais ce sont les entreprises en République démocratique du Congo et au Rwanda qui ont été les plus lucratives après avoir représenté 61,3% des bénéfices.

Le marché rwandais a produit 10,2 milliards de shillings tandis que la République Démocratique du Congo a rapporté 9,8 milliards de shillings.

KCB a dépensé 25 milliards de shillings pour acheter une banque en République Démocratique du Congo.

Bien qu’il soit deuxième, le marché congolais a connu une croissance plus rapide, ayant plus que doublé par rapport à 4,7 milliards de shillings l’année précédente et continue d’afficher des perspectives de croissance encore plus élevées.

Le pompage des ressources par les banques kenyanes dans le pays riche en minéraux est évident car ils hébergent le plus d’employés, de succursales et d’actifs qui peuvent être directement liés à la croissance des bénéfices de 1,6 milliard de shillings en 2019 à 9,8 milliards de shillings.

Selon la Banque mondiale, la République Démocratique du Congo, qui est le deuxième plus grand pays d’Afrique par sa dimension géographique , est l’un des pays les plus sous-bancarisés de la région par rapport à sa population.

Selon le calcul par les succursales bancaires pour 100 000 adultes, la République démocratique du Congo est sous-bancarisée avec 0,67 succursales desservant 100 000 adultes. En comparaison, le Kenya avait 4,4 succursales desservant 100 000 adultes tandis que l’Ouganda (2,3), la Tanzanie (2,3), le Rwanda (3,4) et le Burundi (3,2).

La publication annuelle a également révélé que la RDC représentait 34 % (246,7 milliards de shillings) du montant brut des prêteurs kenyans dans la région, ce qui montre l’appétit pour le crédit et le potentiel de croissance du pays. Le total des actifs des filiales à la fin de l’année a augmenté de 32 % pour atteindre 1 600 milliards de shillings, la RDC représentant 40,4 % (655 milliards de shillings).

À l’heure actuelle, seules deux entreprises kenyanes sont présentes en RDC, la banque KCB compte 108 succursales tandis qu’Equity compte 81 succursales.

KCB a récemment révélé avoir dépensé 25,1 milliards de shillings pour acquérir une participation de 85 % dans Trust Merchant Bank (TMB), un prêteur congolais qui lui a permis de s’implanter solidement en RDC.

L’Ouganda était la troisième région la plus rentable avec un bénéfice brut cumulé de 5,2 milliards de shillings, suivi du Soudan du Sud, qui a rebondi après une perte de 500 millions de shillings en 2021 pour rapporter 4,6 milliards de shillings .

Wab-infos


Abonnez-vous à Wab-infos

Ne manquez plus aucune actualité instantanée !
Abonnez-vous avec votre email 📨 et rejoignez notre incroyable
communauté de 2 500 000 abonnés.

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!