Yoweri Museveni, le président de l’Ouganda, estime que la construction d’un mur de séparation entre la RDC et l’Ouganda n’est pas la solution à la crise sécuritaire dans l’est de la RDC, notamment en ce qui concerne les Forces démocratiques alliées (ADF). Au contraire, il appelle à s’attaquer aux causes profondes de cette crise.

D’après Museveni, ériger un mur de séparation nuirait aux populations des deux pays qui bénéficient des échanges frontaliers, et cela aurait un impact négatif sur l’économie ougandaise qui réalise plus de 600 millions de dollars par an grâce à ses exportations vers la RDC.

Lors de son discours adressé à la nation jeudi, il a déclaré : « Devons-nous fermer la frontière avec le Congo comme les Israéliens ont construit un mur entre Israël et la Palestine ? Qui en serait le plus affecté, en dehors des coûts liés à la construction du mur ? L’Ouganda perdrait les 606,32 millions de dollars par an qu’il gagne grâce à ses exportations vers la RDC. Tout cela serait perdu. De plus, nous nuirions à notre propre peuple ainsi qu’au peuple congolais vivant à la frontière en provoquant des tensions inutiles. »

En essayant de sceller physiquement la frontière, fait-il remarquer, ce sont des personnes qu’on fermera. « Coupez l’orteil car il a été envahi par Jigga, Non ! le NRM enlève patiemment le jigga et préserve l’orteil… Les seuls moyens sont : écraser l’ADF (kuhuura comme on bat le millet), kutokoora (comme on enlève quelque chose qui est tombé dans son thé), kuraaza (pour savoir où se trouve l’animal que l’on chasse) et kutooza (pour suivre la piste d’un animal) », a-t-il proposé.

Heureusement, dit Museveni, l’arrivée au pouvoir en RDC de Félix Tshisekedi, qui s’est montré plus coopératif, a permis, depuis le 31 novembre 2021, de battre les ADF. « Cela a eu de bons résultats car les ADF s’étaient bêtement regroupées dans de grands camps, persuadés qu’ils étaient invulnérables et qu’aucune force ne pouvait les atteindre », a-t-il indiqué.

Le président ougandais a suggéré que la situation était complexe à l’époque où le gouvernement congolais de Kabila, soutenu par divers acteurs régionaux et internationaux, avait accordé une autorisation gratuite aux ADF dans les régions du Nord-Kivu et de l’Ituri. Là-bas, ils s’adonnaient à l’extraction de l’or, à la vente de bois, à la collecte de cacao chez les populations, à la collecte d’impôts et à l’extorsion d’argent auprès des gens, et bien d’autres activités. « Ils grandissaient modestement et avec de l’argent. Ils ont également développé des liens avec d’autres terroristes comme Al-Qaïda », a-t-il dit.

« Au moment où « l’opération Shujaa » (menée conjointement par les FARDC et les UPDF), a commencé, l’ADF comptait environ 2 000 combattants. C’était le 30 novembre 2021. Ils avaient recommencé à poser un problème militaire à l’armée congolaise en attaquant certains détachements et même en attaquant les détachements de l’ONU, comme lorsqu’ils ont attaqué un détachement tanzanien le 7 décembre 2017″, a-t-il expliqué.

Selon Museveni, cette situation a été exacerbée par un problème diplomatique avec le gouvernement congolais qui a empêché toute assistance de notre part contre l’ADF, malgré l’incapacité de ce dernier et de l’ONU à le faire. Cependant, souligne-t-il, le président Tshisekedi a remédié à cette situation en 2021, nous permettant ainsi de lancer des attaques contre l’ADF.

« Puisqu’ils avaient commis l’erreur d’établir de grands camps, nous avons rapidement dégradé leur force et ils ont maintenant soit fui au-delà de notre limite de ligne d’exploitation (où nous sommes autorisés à opérer par le gouvernement congolais) – c’est-à-dire Beni – Eringeti -Komanda- Bunia, ou ils se sont éclatés en petits groupes comme celui de la vallée de Mwalika au sud de la route Mpondwe – Kasiindi – Beni – d’où est issu un petit groupe qui a tué nos petits-enfants à l’école secondaire de Nyabugaando. En d’autres termes, à l’intérieur de l’Ouganda et dans la zone à l’ouest du mont Rwenzori sur une distance d’environ 70 km à l’ouest, ainsi que dans le parc national de Biruunga, l’ADF n’est plus et ne peut plus être un problème militaire », a-t-il déclaré.

Yoweri Museveni estime que le problème résiduel de l’ADF est un problème de renseignement pour localiser où se trouvent les restes et ce qu’ils prévoient.

Le président ougandais, Yoweri Museveni, a déclaré jeudi que les terroristes ADF sont désormais restés en RDC car, ils ne pouvaient plus, depuis 2007, envoyer des groupes en Ouganda où ils essaient maintenant de se concentrer sur les individus qui poseraient des bombes.

Les ADF ont posé un total de 34 bombes. Cependant, rassure Yoweri Museveni, les UPDF (armée ougandaise) ont éliminé tous ces efforts de bombardement en arrêtant ou en tuant tous ceux qui étaient impliqués en Ouganda.

« Les ADF sont désormais restées au Congo. C’est là que les agents étrangers anti-NRM basés dans le journal Monitor deviennent un groupe comique. Quand l’incident comme celui de Nyabugaando, malheureusement, se produit, ils interviennent : « la sécurité en Ouganda s’est effondrée », etc. Leur plan est-il de déplacer l’Ouganda hors de la région des Grands Lacs et de le mettre où dans le monde ? Nous ne pouvions pas déplacer l’Ouganda et nous nous sommes fortifiés ici en ayant une armée et un service de renseignement solides », a-t-il déclaré jeudi 13 juillet dans son adresse à la nation.

Selon le président ougandais, la question est de savoir : « Comment assurer une sécurité totale sur le continent africain où le colonialisme a assuré une balkanisation politique à outrance ? » La réponse à cette question est qu’il faut, propose-t-il, avoir une bonne orientation idéologique, comme ce que le NRM a fait en Ouganda :

« Une armée forte qui peut mener n’importe quel type de guerre, un service de renseignement puissant qui utilise à la fois des moyens humains et techniques pour détecter et localiser les ennemis à l’intérieur des frontières de l’Ouganda et, dans certains cas, à l’extérieur de l’Ouganda, la cohésion politique maximale au sein du pays basée sur les intérêts légitimes du peuple à grande échelle, et les Efforts panafricains pour travailler avec les pays africains frères sur des questions d’intérêt commun telles que le commerce, etc., y compris la sécurité », a-t-il suggéré.

C’est ainsi, note-t-il, que le NRM a transformé l’Ouganda en un îlot de paix dans la région où l’Ouganda ne génère pas de réfugiés et reçoit plutôt le plus grand nombre de réfugiés en Afrique et le n°3 dans le monde entier. « Il y a maintenant 1,53 million de réfugiés en Ouganda », a-t-il dit.

Yoweri Museveni a souligné qu’en s’appuyant sur une armée forte, un service de renseignement raisonnablement fort et une cohésion politique maximale possible, le NRM a pu éloigner les ADF de l’Ouganda depuis leur défaite dans la vallée de Semuliki en 2007.

Wab-infos

Avec AFRIK’ACTU

Abonnez-vous à Wab-infos

Ne manquez plus aucune actualité instantanée !
Abonnez-vous avec votre email 📨 et rejoignez notre incroyable
communauté de 2 500 000 abonnés.

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!