Ancien cadre de Bolloré Africa Logistics, Eric Kalala se prépare à prendre la direction de l’Entreprise générale de cobalt (EGC). En désignant ce spécialiste de la logistique
minière, le chef de l’Etat congolais veut donner un nouveau souffle à cette filiale de la Gécamines, quelque peu délaissée depuis sa création en 2019.

Félix Tshisekedi

PDG d’Africa Global Logistics (AGL) à Kinshasa depuis 2021 (le nouveau nom de Bolloré Africa Logistics depuis son rachat par MSC), Eric Kalala va prendre les rênes de l’Entreprise générale de cobalt (EGC), filiale de la Gécamines. Il vient d’être nommé administrateur directeur général de l’entreprise par le président de la République Félix Antoine Tshisekedi.

Eric Kalala a été approché par la nouvelle direction de la Gécamines , ainsi que par la ministre du portefeuille, Adèle Kahinda Mayina. Il arrive avec un board renouvelé, présidé par Gido Buhendwa Ntale, dont fait notamment partie Alphonse Kaputo Kalubi, l’ancien président du conseil d’administration de la Gécamines, pourtant limogé de ce poste fin février dernier. Il pourra aussi s’appuyer sur ses bonnes connexions avec les autorités locales du Lualaba, dont Fifi Masuka Saini, l’actuelle gouverneure par intérim de la province.

Eric Kalala, spécialiste portuaire et expert en logistique minière, a effectué l’essentiel de sa carrière chez Bolloré. A travers sa nomination, le chef de l’Etat cherche à donner une nouvelle impulsion à l’EGC.

L’Entreprise générale de cobalt a été créée en 2019 par Albert Yuma Mulimbi, tout-puissant patron de la Gécamines de 2010 à 2021, et Vidiye Tshimanga, l’ex-conseiller de Tshisekedi, acquitté de ses charges de corruption en décembre 2022. Cette nouvelle filiale de la Gécamines avait officiellement le monopole d’achat sur le cobalt issu de la production artisanale – plus de 20 % de la production en République Démocratique du Congo afin d’assainir cette filière.

Dirigée jusqu’à présent par Jean-Dominique Takis Kumbo, elle avait noué à sa création un partenariat avec le géant suisse du négoce Trafigura, mais, faute de soutien du gouvernement et de la Gécamines, n’avait jamais pu démarrer ses activités. Les équipes d’EGC n’étaient notamment pas parvenues à accéder à la concession de Kasulo, qui avait pourtant été identifiée comme site pilote pour la filiale de la Gécamines.

Wab-infos


Abonnez-vous à Wab-infos

Ne manquez plus aucune actualité instantanée !
Abonnez-vous avec votre email 📨 et rejoignez notre incroyable
communauté de 2 500 000 abonnés.

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!