Francis Kalombo, le porte-parole adjoint de Moïse Katumbi, a récemment pris la parole sur TOP CONGO FM pour défendre le conseiller spécial de Katumbi, qui est actuellement détenu dans les locaux des renseignements militaires.

Il est accusé d’inciter les militaires à agir contrairement à leur devoir et discipline, de détenir illégalement des armes et munitions de guerre et d’attenter à la sûreté intérieure de l’État.

Francis Kalombo

Selon le Lieutenant-Colonel Patrick Kankoli Ngoli, conseiller juridique de l’État-Major des renseignements militaires, l’objectif de ce conseiller spécial était de renverser le gouvernement actuel de la RDC par tous les moyens possibles, en vue d’y installer une personne originaire du Katanga. Cependant, Kalombo réfute ces accusations et exprime son indignation face à la situation.

Nous sommes descendus bien trop bas. Je déplore ces accusations. Nous voulons des preuves. Pourquoi est-il retenu en secret jusqu’à maintenant alors qu’il est inculpé ? Il devrait être présenté à son juge naturel. Il n’a pas le droit de recevoir des visites, ni d’être assisté par son avocat ”, a déclaré Kalombo.

Il estime que les affirmations des renseignements militaires sont incroyables, faisant référence à l’accusation selon laquelle le conseiller spécial, Salomon Kalonda, portait une arme lors d’une manifestation récente. Kalombo s’interroge sur la manière dont les renseignements militaires peuvent prétendre que l’arme ramassée sur le lieu appartenait à Kalonda. Il regrette également la situation pour la RDC et appelle à un respect accru des services de renseignements.

Kalombo rappelle que toutes les armes entrant en RDC sont enregistrées et demande que la DEMIAP (Direction de l’Éducation morale, intellectuelle et physique des Armées et de la Police) indique à qui l’arme en question a été attribuée.

En réponse aux informations des renseignements militaires selon lesquelles il y aurait un plan de renversement du régime en place en collaboration avec le M23, Kalombo réfute cette accusation en déclarant : “ C’est faux ! C’est du déjà entendu.”

Kalonda a été arrêté le 30 mai dernier à l’aéroport international de N’Djili alors qu’il s’apprêtait à voyager avec Katumbi à Lubumbashi.

Selon les services de renseignements militaires, des informations récupérées sur les téléphones de Kalonda indiquent qu’il aurait établi des contacts avec un certain major Ngezi Fred, assistant de Sulutani Makenga, le chef de la branche armée du M23-RDF.

Cependant, le conseiller juridique de l’État-major des renseignements militaires a indiqué que l’enquête se poursuivait avant de pouvoir envisager de présenter Kalonda à son juge naturel.

Wab-infos


Abonnez-vous à Wab-infos

Ne manquez plus aucune actualité instantanée !
Abonnez-vous avec votre email 📨 et rejoignez notre incroyable
communauté de 2 500 000 abonnés.

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!