Dans un entretien avec Radio Okapi, le professeur Serge Tshibangu, mandataire spécial du chef de l’État congolais à l’EAC annonce que le 4e round des pourparlers du processus de paix de Nairobi aura lieu à Kinshasa en République démocratique du Congo.

Il s’agit, explique-t-il, des pourparlers de Nairobi 4 qui doivent se tenir une fois que le mécanisme de vérification ad hoc aura fini d’évaluer la situation de terrain, a annoncé dimanche 09 avril à Radio Okapi le haut représentant du président de la République, Serge Tshibangu.

Serge Tshibangu

Sans préciser la date, M. Tshibangu affirme que les préparatifs du quatrième round de Nairobi se déroulent normalement. Ces rencontres auront lieu dans les villes de Goma, Beni, Uvira, Bukavu et Bunia, a-t-il ajouté.

« Nous sommes en pleins préparatifs de Nairobi 4. Nous avions eu des sessions de travail au Kenya, du 17 au 20 mars passés, où toutes les parties étaient représentées. Nous avions la partie congolaise, la partie kenyane, le représentant de l’EAC, le représentant du président en exercice de l’EAC ainsi que la Monusco. Nous avons eu quatre jours de discussions pour préparer Nairobi 4 », a expliqué Serge Tshibangu.

Il était question, selon lui, « de couvrir les points tels que le contenu même de Nairobi 4, la forme de travail, comment aborder les groupes armés sur base des engagements pris à Nairobi 3 par les groupes armés et les autres parties. Nous avions aussi discuté de la logistique et du financement, bref de tous les aspects. Aujourd’hui, nous sommes en pleine exécution des préparatifs. Dans les jours qui suivent, nous allons vous informer de la date exacte », a-t-il précisé.

De l’intégration ou pas du M23

À propos de l’intégration par le M23 du processus de Nairobi, Serge Tshibangu apporte des précisions claires qui ont levé le doite.

« J’aimerais apporter deux précisions : la première, nous ne sommes pas en train de négocier avec le M23. La deuxième précision, ce qu’il faudra se souvenir que tout a été bien défini par le communiqué de Luanda du 23 novembre 2022. Ce communiqué stipulait le cessez-le-feu immédiat et sans condition du M23, leur retrait des positions et des localités occupées jusqu’au mont Sabinyo pour leur cantonnement et leur désarmement afin d’entrer dans le processus qui s’en suivra ».

Il estime que tout dépendra du constat fait sur le terrain par le mécanisme ad hoc et les FARDC. « Nous attendons le mécanisme de vérification ad hoc qui va faire la restitution de ce qu’il aura vu sur le terrain, vérifier que le M23 s’est réellement retiré vers le Mont Sabinyo. Là, il y aura l’identification. Parce que ceux qui vont être cantonnés ne peuvent être que des Congolais. Les Rwandais qui font partie du M23 doivent retourner chez eux », a prévenu Serge Tshibangu.

Wab-infos


Abonnez-vous à Wab-infos

Ne manquez plus aucune actualité instantanée !
Abonnez-vous avec votre email 📨 et rejoignez notre incroyable
communauté de 2 500 000 abonnés.

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!