Amnesty International a appelé à la levée de l’état de siège en Ituri et au Nord-Kivu, deux provinces de l’est de la RD Congo en proie aux violences de groupes armés.

L’organisation a jugé inefficace et attentatoire aux droits humains cette mesure annoncée par le président de la RDC, Félix Tshisekedi, le 1er mai 2021, et entrée en vigueur le 6.

Cette mesure a entraîné le remplacement de l’administration civile par des officiers de l’armée et de la police, la suspension des assemblées provinciales et le jugement de civils par des tribunaux militaires.

Selon Amnesty, la situation en matière de sécurité dans les deux provinces s’est considérablement détériorée avec une recrudescence des attaques contre les civils et l’instauration de l’état de siège a aggravé la situation des droits humains.

Amnesty a également souligné que l’armée était responsable de nombreuses violations graves des droits humains. L’organisation demande la libération immédiate de toutes les personnes détenues arbitrairement dans les deux provinces concernées.

Wab-infos


Abonnez-vous à Wab-infos

Ne manquez plus aucune actualité instantanée !
Abonnez-vous avec votre email 📨 et rejoignez notre incroyable
communauté de 2 500 000 abonnés.

Si vous avez aimé cet article, n'hesitez pas à le partager sur les reseaux sociaux!!!